Culture

6 films à voir cet été

Pour sourire, se laisser transporter, réfléchir et mettre ses préjugés de côté.


Moonrise Kingdom
En salles présentement
Non, il n’a pas refait The Royal Tenenbaums, et c’est très bien. Le réalisateur Wes Anderson renouvelle ici le conte d’enfance façon mi-Crusoé, mi-maison de poupées. Une île de la Nouvelle-Angleterre, 1965. Sam, un scout à lunettes, s’enfuit de son camp pour retrouver Suzy, une jeune fille aux jumelles. Ensemble, ils s’évaderont vers une baie sans nom (qu’ils baptisent Moonrise Kingdom). Leur disparation sème la pagaille chez les adultes : Edward Norton en chef scout motivé avec des chaussettes remontées jusqu’aux genoux, Bruce Willis en policier paumé, Frances McDormand en épouse désabusée et infidèle, Bill Murray, son mari éteint, Tilda Swinton en « Social Services » (c’est son nom). Les deux jeunes acteurs, Jared et Kara, le narrateur, Harvey Keitel, sauvé des eaux : tous les comédiens sont au poil. Bref, un retour en enfance jubilatoire.
 


Cloclo : la fabuleuse histoire de Claude François
Sortie : le 29 juin
Adulé par les jeunes filles et méprisé par les intellos, il a aussi fait s’évanouir des hommes à sa mort, à 39 ans. Composé au bord d’une piscine, son tube planétaire Comme d’habitude, une réplique au Laisse tomber les filles de France Gall, qu’il a laissée tomber, est devenu le My Way de Frank Sinatra (et de Sid Vicious). Ce biopic de 148 minutes met en vedette un Jérémie Renier stupéfiant de ressemblance avec Claude François. En attendant son arrivée au cinéma, on réécoute ses classiques grâce à cette playlist gratuite. Chanceux, notre blogueur culture Jean-Yves Girard a vu Cloclo et livrera bientôt ses impressions sur le blogue de la rédac.  
De Florent Emilio Siri.


J’espère que tu vas bien
Sortie : le 29 juin
Un film ovni : un plan séquence improvisé de 86 minutes, tourné le jour de Pâques 2012 sur le Plateau-Mont-Royal. (Petit miracle, les passants n’ont rien interrompu.) Derrière cette idée folle? David La Haye, qui a financé et coréalisé le film avec Jay Tremblay (pour qui ce fut tout un défi de filmer en marchant à reculons!) et joue son propre rôle en compagnie de Marie-Chantal Perron. Le duo déambule en échangeant sur l’amour et l’amitié, ponctué par la voix de Richard Robitaille. Bref, un sujet qui nous parle…

Voir la bande-annonce.

 


To Rome With Love/Rome mon amour
Sortie : le 20 juillet
Un Woody Allen nouveau, mais spécial parce qu’il joue dedans (ça ne lui était pas arrivé depuis Scoop, en 2006, avec Scarlett Johansson). Son rôle : un directeur d’opéra névrotique à la retraite en vacances avec sa femme (Judy Davis). Après le délicieux Midnight in Paris, Woody transporte ses éternels chassés-croisés dans la ville sainte et accueille pour la première fois la Néo-Écossaise Ellen Page dans sa palette d’acteurs. Il en fait une actrice qui ne peut s’empêcher de raconter sa « fois » avec une fille (!). Penélope Cruz, Alec Baldwin, Jesse Eisenberg, Roberto Benigni (en genre de Louis 19!) et Ornella Muti – jadis élue la plus belle femme du monde – sont aussi de la partie.


2 Days in New York
Sortie : le 17 août
Cinq ans après 2 Days in Paris, Julie Delpy tourne la suite de sa comédie douce-amère à succès. Si elle porte toujours ses grosses lunettes noires, la belle a quitté son Juif américain (Adam Goldberg) et vit maintenant avec Chris Rock. Cette fois, c’est sa parisienne de famille qui la visite pour assister au vernissage de son expo photo dans la Grosse Pomme. Certains qualifient cette actrice française installée à L.A. de Woody Allen féminin. On a hâte de découvrir sa nouvelle chronique amoureuse.

http://www.youtube.com/watch?v=3kx1UK7ACmw


 

MENTION SPÉCIALE
Rock of Ages/L’ère du rock
En salles présentement
La seule bonne raison de voir ce film musical se nomme Tom Cruise. En dieu vivant du rock, il livre une performance digne de ses grands rôles (Magnolia et Tropic Thunder) avec un aplomb surprenant. Sa première scène restera en mémoire, et son interprétation d’I Want To Know What Love Is aussi.

Le reste? Disons que ça sonne comme un mauvais Disney au point d’en devenir… très drôle.