Culture

Oprah fait son cinéma

Le parcours cinématographique de la populaire animatrice.

butler-oprah-400

Le Majordome (The Butler)
Photo: Anne Marie Fox

Il y a plusieurs Oprah : l’animatrice télé qui a reçu Céline Dion 27 fois, la femme d’affaires partie de zéro et qui pèse maintenant 2,8 milliards, la « mannequin » qui pose chaque mois en couverture de son magazine, O, la fille qui depuis toujours lutte contre les kilos, la motivatrice. Mais Oprah rime aussi avec cinéma. Arrêts sur image.

color-purple-oprah-400

Photo: Sunset Boulevard/Corbis

1985 : O est à la barre de son talk-show depuis un an lorsqu’elle décroche un rôle dans le premier film dit « sérieux » de Steven Spielberg, The color purple (1985). Sa performance en Sofia, une insoumise qui subira son lot d’épreuves en cette époque de ségrégation raciale (les années 1930), lui vaut une nomination aux Oscar comme actrice dans un second rôle. Pas mal pour une première fois…

beloved-oprah-400

Photo: Getty Images

1998 : Après Native Son, vite oublié, elle enchaîne les téléfilms jusqu’à ce qu’elle accouche, après 10 ans de labeur, d’un projet qui lui tient très à cœur, Beloved (de l’auteure noire nobélisée Toni Morrison, une amie). Pour porter à l’écran ce roman sur l’esclavage et y tenir un rôle, elle a perdu du poids et s’est soumise à une simulation où elle a entre autres été laissée en forêt, les yeux bandés et les mains attachées. Le public n’est pas au rendez-vous. Le Wall Street Journal titre : « Oprah sait jouer, mais Beloved est un échec. » Le premier week-end, Oprah se fait battre au guichet par… La fiancée de Chucky, une comédie d’horreur.

debaters-oprah-400

Photo: FilmMagic

2007 : Elle produit son deuxième long métrage, The Great Debaters, l’histoire vraie d’un prof d’art oratoire (Denzel Washington, aussi à la réalisation) qui, dans les années 1930, oppose son équipe d’étudiants noirs à celles d’écoles fréquentées par des Blancs.

2009 : Après avoir vu le film Precious en primeur, Oprah décide de lui donner son appui à titre de productrice déléguée. Cette histoire d’une ado noire obèse, analphabète, maltraitée et enceinte de son père n’aurait pas eu un tel retentissement sans le coup de pouce de sa marraine.

precious-400

Gabourey Sidibe, Precious
Photo: WireImage

2011 : Oprah avoue être tombée en dépression après l’échec de Beloved et s’être consolée en engloutissant une tonne de macaroni au fromage.

2013 : Après 15 ans dans l’ombre, son grand retour au cinéma se fera dans The Butler, où elle incarne la femme (infidèle) d’un majordome (Forest Whitaker) ayant servi huit présidents des États-Unis. Vu sa sortie près de l’automne (alors que débute le bal des prétendants aux Oscar) et le caractère historique du film (fondé sur une histoire vraie), on chuchote que la Noire la plus puissante du monde pourrait enfin mettre la main sur une statuette dorée. À suivre le soir de la cérémonie, le 2 mars prochain.

Le majordome, en salle le 16 août.