Culture

Élyse Marquis: tête-à-tête avec une vraie gentille

Elle chante et joue divinement, et anime avec passion – et empathie – l’émission Les Chefs !, dont la 10e saison est à l'antenne. Rencontre avec une femme de cœur.

Si je n’avais pas fait ce métier, j’aurais aimé être…
Psychologue. J’aime les rencontres en tête à tête. Écouter la personne devant moi, l’aider, être à la recherche de solutions.

On dit de moi que je suis…
Gentille. C’est positif, oui, mais ça peut aussi vouloir dire «qui ne s’affirme pas, qui se laisse marcher sur les pieds». J’ai reçu trois fois en cadeau le livre Cessez d’être gentil, soyez vrai! Or, la gentillesse, c’est l’une de mes plus grandes valeurs. Je crois qu’il faut être fort pour être gentil et ça ne veut pas dire que je laisse passer l’inacceptable.

Le plat que je réussis le mieux
Je n’aime pas refaire la même recette deux fois. J’ai… hmm… quelques centaines de livres de recettes! La musique que j’écoute en ce moment L’artiste que j’écoute le plus, c’est mon ex, Marc Déry, le père de ma fille. Alice [16 ans] décide de ce qu’on écoute à la maison, et c’est son père qu’elle veut entendre. On ne s’en tanne pas, c’est bon pour vrai, là! [Rires] Sinon, des comédies musicales, en anglais.

Le film qui a marqué ma vie
Grease. J’étais ado. Je me suis dit: «Wow. Ça chante, ça danse ET ça joue. Ça se peut, les trois affaires que j’aime le plus, dans le même média. »

La personne qui me touche le plus au monde
J’essaie de trouver plus original, mais c’est impossible: ma fille. Ce n’est pas la personne qui prend le plus de place… C’est une vraie gentille! Quand elle a fait Mary Poppins avec René Simard [Alice est aussi comédienne], leurs personnages devaient être méchants au début de la pièce. Serge Postigo leur avait dit: «Vous avez le même problème : vous êtes la bonté incarnée !» Il a fallu lui faire regarder des films de méchants…

Le livre qui m’a le plus marquée
Les cerfs‑volants, de Romain Gary, parce que c’est le premier livre que j’ai lu qui n’était pas un roman jeunesse. C’est à ce moment que j’ai découvert ce qu’est un style d’écriture, ce qu’est la poésie.

Les circonstances dans lesquelles j’ai mes meilleures idées
Quand je suis toute seule. Je suis une fille d’équipe, certes, on vient de terminer le tournage des Chefs ! et ça a été tellement tripant! Mais pour trouver des idées, je dois être seule. Le matin. Avec mes listes. Les fameuses listes qu’on dresse pour faire le ménage dans sa tête!

La femme la plus formidable qui soit
Incapable de ne pas nommer ma mère. Une femme forte qui m’a appris à être indépendante. Elle me disait toujours: «On n’a besoin de personne.» Bien sûr qu’on a besoin d’être entouré. Mais je suis capable d’être bien seule, de poser des tablettes dans ma maison, de faire mon budget… La base! Elle est aussi retournée étudier très tard, juste pour le plaisir d’apprendre. Elle m’inspire.

Un vêtement qui me fait sentir belle
Les jeans. Je hais le linge! Mon styliste pour Les Chefs !, Claude Laframboise, un ami d’enfance, est découragé de constater à quel point ça ne m’intéresse pas.

Le plus beau moment de ma vie
Théâtre Saint-Denis, première de Mary Poppins. Le théâtre où j’avais fait Demain matin, Montréal m’attend [en 1995]. Ça m’a tellement émue, et ça m’émeut encore. Pas que ma fille en arrive à cette réussite. C’est pas ça. C’est le temps qui passe. La conscience de la vie qui passe, dans le même lieu. Les loges sentaient la même chose que lorsque j’y étais à l’époque, sans alors me douter de tout ce qui arriverait dans ma vie par la suite.

En amitié, je suis…
Loyale et disponible.

Et en amour…
Dévouée. Et c’est la raison pour laquelle je ne voudrais pas être en amour en ce moment. C’est trop. Quand je suis amoureuse, je veux être entière.

J’ai peur…
Qu’il arrive quelque chose à ceux que j’aime.

Une passion qu’on ne me connaît pas
L’enseignement! J’ai d’ailleurs récemment fait une demande d’admission à la maîtrise en enseignement de l’art dramatique. Je vais la faire à temps partiel mais j’y tiens vraiment: je me suis découvert une réelle passion en coachant.

Si j’étais un personnage de fiction, je serais…
Fifi Brindacier!

Mon premier emploi
Bénévole dans une garderie près de chez moi, à Boucherville. Je devais avoir 14 ans. J’y ai passé l’été à inventer des jeux.

Un défaut que j’ai corrigé
Me sentir coupable. C’est comme si je n’en faisais jamais assez. Je suis mieux qu’avant… disons que je travaille ardemment là-dessus!

Je ne pars jamais sans…
Ma fille. Ce n’est pas une blague. Je l’emmène partout. Je pense que je ne l’ai jamais laissée plus d’une nuit depuis sa naissance. Quand je faisais Les Chefs ! à Québec, on finissait à deux heures du matin… Eh bien, je revenais à Montréal. Je sais très bien qu’elle n’a pas besoin de moi… surtout la nuit. C’est de l’inquiétude mal placée! [Rires]

Un parfum naturel dont je raffole
Le lilas. Sous la fenêtre de ma chambre, quand j’étais jeune, il y avait un lilas. Cette odeur me ramène à mon enfance.

Ce qui me ressource le plus
Être au bord de la mer, dans le Maine. J’ai besoin de mer sauvage, tsé, celle qui est un peu trop froide pour se baigner? Avec la lumière et le vent du Maine. Si je devais déménager, c’est là que je m’installerais.

Ce qui me fait éclater de rire chaque fois
Quand on est tous les trois, Marc, Alice et moi. On ne vit plus ensemble, mais on a conservé un humour de famille. Même chose avec les amis proches, comme Joël [Legendre] et Véro [Cloutier], l’humour de complicité reste!

Les paroles que je n’oublierai jamais
«Ceci aussi passera.» Quand c’est l’fun, profites-en. Ça va passer. Quand c’est dur, ceci aussi passera. Même phrase, deux effets différents. Je me la dis chaque semaine.

Trois mots qui me définissent
Mère. Écoute. Joie.

La 10e saison des chefs ! est présentement diffusée à ici Radio-Canada Télé.