Culture

Trois questions à Marie-Lise Pilote

Nouveau spectacle nommé Réconfortante.

Il y a 13 ans, vous avez quitté la scène de l’humour. Pourquoi?
Je n’avais fait que des spectacles et je devais me prouver que j’étais capable de réaliser autre chose. Comme je suis bricoleuse dans l’âme, l’animation de l’émission Ma maison Rona m’est arrivée comme un cadeau. Mais ma maison, c’est la scène.

À quoi doit-on s’attendre avec Réconfortante… mais pas reposante?
Je vais parler de sujets qui me touchent et que je n’ai jamais abordés. Mon rôle de marraine, par exemple. Je n’ai pas d’enfants, mais je suis complètement gaga de mes filleuls. Je fais un numéro sur les amis, que j’ai classés en différentes catégories : les amies Ikea, qui arrivent en morceaux et qu’il faut remonter, l’ami couteau suisse, qu’il est important de conserver parce qu’il se débrouille dans toutes les situations et qu’il vient avec un tire-bouchon…

Avez-vous changé?
À l’époque, j’étais malade de stress avant de monter sur scène. J’ai appris à relativiser les choses. Je ne suis pas un huissier qui s’en va saisir le ménage d’une famille ; je m’en vais faire rire du monde.