Elles ont testé

Promotion: La théorie des petits pas.

J’ai accepté de relever le Défi Activia® 4 semaines durant le mois d’avril!

Voilà dix jours que je mange mes deux yogourts Activia® quotidiennement. Puis, qu’est-ce que ça change? Plusieurs choses, en fait. D’abord, ça montre qu’il est plutôt difficile (même si nécessaire) de prendre de nouvelles habitudes. Après ces dix jours, je dois déjà admettre que ce défi qui semblait tout ce qu’il y a de plus simple ne l’est pas tant que ça.

J’ai acheté mes premiers petits pots la veille du début de mon défi, à 22 h 54, avant que le supermarché le plus près ne ferme. J’avais eu une journée chargée, je venais de fermer mon portable et j’ai allumé! Oh! Ça commence demain! Je n’avais malheureusement pas mis cet achat dans mes priorités. Mais je n’avais pas le choix, je m’étais engagée. J’en ai par la suite laissé à mon studio et à la maison pour être certaine de ne pas en manquer. Et même dans ma voiture, l’hiver qui s’éternise le permettant.
A_Diaz_01

Une fille organisée en vaut deux, me suis-je dit. Mais le quotidien étant ce qu’il est, si j’oublie parfois un repas parce que je suis trop occupée et que je m’en aperçois seulement quand je suis affamée, ça peut aussi arriver avec mes petits Activia®.

C’est ce que je trouve le plus difficile à respecter quand on veut changer une habitude : la constance. C’était ma motivation première en acceptant ce défi : le faire au même titre que j’ai décidé de m’entraîner en pratiquant un tout nouveau sport avant la belle saison. Au même titre que j’ai décidé de boire deux litres d’eau par jour et de me coucher avant minuit. Et de ne pas regarder mes réseaux sociaux avant de me rouler en boule dans mon lit. Suis-je la seule à ne pas vouloir renoncer à rien?

Passer plus de temps auprès de ma famille, bâtir une belle carrière, avoir encore une vie sociale, la santé par le sport, cuisiner des aliments frais tous les jours, lire un livre par deux semaines et flâner le dimanche soir en regardant la télé. Pour y arriver, j’ai besoin de planifier six entraînements par semaine pour me garantir de ne jamais en faire moins de quatre. Parce qu’il y a toujours des impondérables.

Alors, comment respecter l’intégration d’un nouvel élément, si petit soit-il, sans faillir? C’est ce que ce défi me permet de tester. La première semaine a été celle de l’adaptation, du respect de la routine. D’accord, à part le fait que c’est agréable, bon et toujours bienvenu de manger frais (ma plus grande satisfaction), je ne devais pas oublier. Comme je ne dois pas oublier de m’étirer près de 20 minutes avant de m’entraîner.

Finalement, lentement mais sûrement, c’est fou comme le sentiment d’accomplissement même avec de si petits efforts est bon. J’ai passé une fin de semaine au Salon du livre de Trois-Rivières, entre des séances de signatures, des rencontres avec les gagnants d’un concours, nos conférences avec ma partenaire Geneviève et la soirée du Salon avec les amis auteurs. Et je me suis amusée à déguster mes petits yogourts.

A_Diaz_03

A_Diaz_02

A_Diaz_04

Prochaine étape : les réinventer en recette dans mes repas. Ce que je ne suis pas encore parvenue à faire une seule fois. Je ne suis certainement pas seule de cet acabit à m’en mettre souvent trop sur les épaules juste par excès d’enthousiasme et d’envie de tout avoir. Avoir toutes les choses simples, on s’entend. Je suis une grande fille maintenant, je sais que le plaisir passe par les petites choses.

Si ça vous dit de me suivre dans ce défi, je vous invite à visiter le site activia.ca.

D’autres blogueuses du programme ELLES ONT TESTÉ participent avec moi!

>> LIRE LEURS BLOGUES