Voyages et escapades

Les camps, pas seulement pour passer le temps

iStockphoto.com

Pourquoi un parent devrait-il envoyer son enfant dans un camp ?
Bien des gens considèrent que les camps de vacances et les camps de jour ne constituent qu’un moyen d’occuper les enfants pendant les vacances. Mais l’expérience est beaucoup plus enrichissante que cela.

En plus de pratiquer de nouvelles activités, les jeunes améliorent leurs compétences sociales. Dans cette microsociété, ils créent de nouvelles amitiés, développent un sentiment d’appartenance, acquièrent de l’autonomie et ont plus confiance en leurs capacités. Une étude de l’Université de Waterloo l’a d’ailleurs prouvé récemment (voir l’article Le projet de recherche sur les camps d’été canadiens).

Concrètement, comment cela se traduit-il à leur retour ?
Chaque année, de nombreux parents nous disent que leur enfant revient transformé du camp. Il est plus souriant, plus enthousiaste et très fier des expériences qu’il a vécues. Il est aussi plus enclin à poursuivre ces expériences, en faisant plus d’activité physique, par exemple. Et il a généralement hâte de retourner au camp l’année suivante. Le secret, c’est que les moniteurs accordent une grande place au plaisir et à la magie. Pour les enfants, cela devient la source de souvenirs impérissables.

Quel est l’âge idéal pour un séjour au camp ?
Tous les enfants de 4 à 17 ans peuvent profiter d’une expérience au camp, car la programmation est adaptée à chaque groupe d’âge. Pour les plus jeunes, les activités seront plus courtes et plus variées. On privilégie aussi des camps de jour ou des séjours de deux à cinq jours. Pour les plus vieux, les activités seront plus complexes, et la durée des camps peut se prolonger jusqu’à 14 ou 21 jours.

Les ados sont parfois réticents à faire un séjour au camp, mais plusieurs le voient comme un répit de leurs parents ! On peut aussi les motiver avec un camp spécialisé qui les intéresse, comme un camp de vélo de montagne ou de musique, ou encore un programme d’aspirant-moniteur, qui leur permettra de se dénicher un futur emploi.

Comment s’assurer que les jeunes vivront une bonne expérience ?
Qu’il s’agisse d’un camp de jour ou d’un camp de vacances, il est important d’en choisir un qui correspond à la personnalité de l’enfant. Si le jeune n’a pas de passion particulière, il sera peut-être plus attiré par un camp traditionnel qui propose une programmation très variée où le sport et le plein air (canot, hébertisme, baignade, etc.) sont toujours à l’honneur. Ce qui n’empêche pas d’y retrouver, selon les camps, des activités plus modernes comme le géocaching, une chasse au trésor avec GPS, ou encore des ateliers de cinéma ou de cirque.

Les camps spécialisés, eux, s’adressent aux enfants qui souhaitent approfondir une discipline particulière. Et il y en a vraiment pour tous les goûts, de la cuisine au soccer en passant par la magie et l’escalade. Si cette formule est très populaire dans les camps de jour, certains camps de vacances offrent aussi des séjours spécialisés. Ainsi, pendant quelques jours, les jeunes peuvent se transformer en archéologues, apprendre les techniques de cheerleading, s’occuper des animaux d’un zoo ou revivre une aventure d’Amos d’Aragon dans un décor médiéval. D’autres offrent même des programmes spécialisés, comme l’équitation, combinés à des programmes d’immersion en anglais, au plus grand bonheur des parents !  

Comment minimiser l’inquiétude que pourraient éprouver certains parents ?
En choisissant un camp certifié, on est certain que le séjour se déroulera sans accroc. Les 120 membres de l’Association des camps certifiés du Québec doivent respecter une soixantaine de normes touchant la sécurité, la santé, l’alimentation, la programmation et l’encadrement (voir l’article La certification, un point de repère fiable pour les parents !). Enfin, j’encourage tous les parents à permettre à leurs enfants de vivre une « expérience camp » au moins une fois dans leur vie… Les résultats parleront d’eux-mêmes.