Décoration

Planchers feutrés

Doux et chauds, les tapis reviennent en force.

Les parquets de bois sombre et les sols en pierre lisse ont la faveur des consommateurs depuis une dizaine d’années. Ces derniers, toutefois, commencent à regretter la douce chaleur des tapis qui sont aussi bien pratiques pour délimiter les aires d’occupation. Cette année, le tapis est de retour. Voici des trucs pour choisir le bon et pour conserver sa fraîcheur.

Choisir la bonne fibre
On trouve des tapis en fibres naturelles ou synthétiques telles que le nylon, l’oléfine, le polyester et l’acrylique.

Les tapis synthétiques sont résistants, beaucoup moins coûteux que les planchers de bois et d’entretien plus facile que les tapis en fibres naturelles, car la plupart sont traités au Scotchguard© ou au Stainmaster©. Certains tapis en acrylique ont l’apparence des tapis de laine tout en ne coûtant que la moitié du prix de ces derniers.

La laine est incroyablement douce, durable, antiallergène et plus écologique que les tapis à base de dérivés du pétrole tels que l’oléfine. Les tapis en soie sont réalisés en déroulant le cocon du ver à soie fabriqué avec un seul fil. Ces tapis présentent des couleurs riches et saturées, ainsi qu’un lustre magnifique.

Les fibres dérivées des plantes comprennent le papier, le chanvre, le bambou, le sisal, le jonc de mer et la corde provenant du brou de la noix de coco. Ces tapis sont très populaires en raison de leur aspect naturel et de leur texture rude. Leur charme convient aussi bien aux espaces contemporains que traditionnels.

Les tapis de sisal sont extrêmement résistants et pour cette raison on les utilise souvent dans les cabines de plage parce que le sable ne les use pas. Leur tissage serré résistant au frottement les classe parmi les favoris dans les escaliers et les couloirs ou vestibules. Le revers de la médaille toutefois, c’est que le tapis de sisal est très absorbant. Le nettoyage d’une tache, par exemple, peut laisser un cerne que l’action de frotter accentuera. Cette fibre est déconseillée aux parents de jeunes enfants ou aux personnes qui ont des animaux incontinents.

Le jonc de mer supporte plus facilement le nettoyage en raison de son affinité avec l’eau, puisqu’il croît dans les rizières. Il tolérera donc un brossage humide ou un nettoyage léger qui renforcera même ses fibres. Ces tapis s’entretiennent avec un aspirateur muni d’un accessoire à succion plutôt qu’une brosse afin de déloger la poussière entre les fibres.

La chasse aux taches
Peu importe le type de tapis que vous avez choisi, faites disparaître une tache immédiatement en l’essuyant avec un linge de coton propre sans frotter, ce qui aurait pour effet de l’agrandir et de l’incruster. Afin de ne pas l’étaler, travaillez en partant de la limite extérieure de la tache, en allant vers l’intérieur. Face à un dégât plus sérieux, grattez avec le manche d’une cuillère ou le bout d’une lame de couteau émoussée.

Si vous utilisez un nettoyant (le détacheur Folex est un incontournable), testez-le sur une partie non visible du tapis. Lorsque le tapis est sec, brossez-le ou passez l’aspirateur sur les poils afin de leur redonner leur texture. Faites appel à un professionnel pour un nettoyage à la vapeur au moins deux fois l’an et utilisez des carpettes devant les portes d’entrée.

L’ardoise et le marbre sont chic, mais lorsqu’il s’agit de confort, les tapis apportent une touche invitante, sensuelle et unique !

Un jardin à décorer ? Un toit à réparer ? Une cuisine à organiser ? Découvrez d’autres trucs et conseils de nos Déesses de la déco !