Culture

Théâtre : Projet Polytechnique au TNM

Un théâtre documentaire pour comprendre ce qui s’est passé pendant le drame de Polytechnique et ses échos dans la société québécoise d’aujourd’hui.

Theatre Polytechnique

Photo : Jean-François Gratton, Compagnie et Cie.

Le 6 décembre 2018, comme il le fait chaque année, le comédien Jean-Marc Dalphond commémore la tuerie de l’École Polytechnique en publiant, sur Twitter, les noms des 14 victimes, dont celui de sa cousine Anne-Marie Edward.

Le même jour, la comédienne Marie-Joanne Boucher diffuse sur Facebook une photo de son fils, accompagnée d’un texte sur la responsabilité de celles et ceux qui élèvent des garçons aujourd’hui.

Dès lors, les deux artistes entreprennent une correspondance, dans laquelle ils discutent de ce féminicide de masse et de ses échos dans le monde contemporain. « Après quelques recherches, je me suis rendu compte que la tante d’Anne-Marie et de Jean-Marc était une fervente militante pour un meilleur contrôle des armes à feu. Spontanément, j’ai proposé à Jean-Marc l’idée d’un spectacle », raconte Marie-Joanne Boucher.

La réponse du comédien n’est pas immédiate. Secoué par les nombreux messages de haine qu’il reçoit à la suite de sa publication, il entame lui-même des recherches pour découvrir l’ampleur de la communauté en ligne qui vénère Marc Lépine, auteur de la tuerie. « Pour plusieurs, c’est un véritable messie », précise-t-il.

Pour mieux comprendre ce terrible événement, ses conséquences et le manque d’action pour enrayer la misogynie, il finit par accepter la proposition de Marie-Joanne Boucher et tous deux se lancent dans un projet de théâtre documentaire. Ils rencontrent des experts, des membres des familles, des policiers, des activistes pro-armes et des admirateurs du tueur.

Leur démarche, documentée dans le balado Projet polytechnique : Faire face, leur rapporte une tonne de matériel pour créer un spectacle fouillé et mobilisateur. Le scénario, créé à partir des témoignages récoltés, est une mine d’informations. « Le côté explicatif est essentiel, car il faut d’abord comprendre si on veut déconstruire cette haine qui persiste envers les femmes. Mais il y a aussi beaucoup de lumière, de punchs, d’espoir », souligne Jean-Marc Dalphond. « Nous sommes convaincus que la connaissance est la clé pour se tenir debout face à l’horreur, pour vaincre la peur et enfin changer les choses », ajoute Marie-Joanne Boucher.

Projet Polytechnique, avec Marie-Joanne Boucher et Jean-Marc Dalphond, du 14 novembre au 13 décembre, Théâtre du Nouveau Monde, à Montréal.
Puis en tournée jusqu’en avril 2024.

À lire aussi :
Michelle Desrochers en tournée avec Pelote
Arts : une expo pour le centenaire de Françoise Sullivan

Pour tout savoir en primeur

Inscrivez-vous aux infolettres de Châtelaine
  • En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.