Voyages et escapades

Vélo, canot, kayak et rando: où aller au Québec?

La distanciation sociale, c’est tellement plus facile dans les grands espaces… Ça tombe bien, le Québec en regorge. Envie de les découvrir ? On consulte ce petit guide de voyage. Plaisirs garantis.

Voyage, canot, kayak

Photo: Getty Images/Max Bailen

À nos pagaies!

Le Québec, pays de lacs et de rivières, dit-on. Justement, profitons-en. Qu’on soit de Laval ou de Normétal, on n’habite jamais loin d’un plan d’eau.

On découvre les méandres de la rivière Saint-Charles, la source d’eau potable de la Vieille Capitale, en partance de Canots Légaré, à Québec, qui loue des embarcations nautiques (canots, kayaks, planches à pagaie…) depuis plus d’un siècle. Au programme: parcours enchanteur de 20 km en eau calme et magnifiques milieux humides ponctués d’endroits agréables où l’on peut accoster pour casser la croûte.
canotslegare.com

À Laval, on peut contempler les rivières autrement qu’à partir des ponts. On passe la journée sur l’eau, à bord d’un canot ou d’un kayak, tout en explorant les îles sauvages du parc de la Rivière-des-Mille-Îles. Bien que situés en zone urbaine, ces milieux naturels, qui séparent l’île Jésus des Basses-Laurentides, abritent une très riche biodiversité.
parc-mille-iles.qc.ca

Le territoire du parc national de la Pointe-Taillon, sur les rives du lac Saint-Jean, ne se limite plus à sa péninsule sablonneuse à l’embouchure de la rivière Péribonka. Cet été, ce parc prend de l’expansion dans un tout nouveau secteur sis dans la municipalité de Saint-Gédéon, au sud de la rivière La Grande Décharge. De là, on part à la découverte des îles du lac Saint-Jean, dont la plupart sont maintenant protégées. Une destination paradisiaque pour s’adonner au kayak de mer en eau douce.
sepaq.com

Envie de jouer à Robinson Crusoé? En canot, on part camper au parc régional du Poisson Blanc. On peut y planter sa tente sur l’une des quelque 80 îles sauvages, réparties sur un plan d’eau de 25 km de longueur. Eau limpide, paysages immaculés, plages… Que demander de plus? À Notre-Dame-du-Laus, dans les Hautes-Laurentides.
poissonblanc.ca

Pour une petite poussée d’adrénaline, on s’initie au canot d’eau vive en descendant les rapides de la rivière du Diable, dans le parc national du Mont-Tremblant, dans les Laurentides. La rivière Jacques-Cartier, dans le parc du même nom, au nord de Québec, propose aussi ce genre d’activité. Dans les deux cas, le niveau de difficulté est faible. Parfait pour les débutantes!
sepaq.com

On brave les vagues, les courants marins et les récifs en pagayant sur le fjord du Saguenay. L’entreprise écotouristique Fjord en kayak propose des excursions de L’Anse-Saint-Jean à Tadoussac. On navigue au pied de majestueux caps de 400 m de haut en compagnie des bélugas.
fjordenkayak.ca

Voyage cyclisme Québec

Photo: Getty Images/Westend61

Deux roues et une route devant soi

Sur route, sur piste cyclable ou encore en forêt, le vélo-tourisme se pratique avec bonheur dans toutes les régions du Québec. La tendance de l’heure: les vélos à assistance électrique, qui multiplient la puissance de nos coups de pédale… et permettent d’aller plus loin.

La Véloroute des bleuets, qui ceinture le lac Saint-Jean sur 256 km, souffle cette année ses 20 bougies et s’offre en cadeau cinq stations de recharge pour vélo à assistance électrique réparties sur son parcours. Une autre façon de profiter de cette piste magnifique qui borde une mer intérieure. Bien sûr, les bicyclettes courantes sont toujours les bienvenues!
veloroutedesbleuets.com

Le parc linéaire du P’tit Train du Nord, qui relie Mont-Laurier à Bois-des-Filion sur 234 km, se transforme. Côté voie cyclable, c’est toujours l’excellent parcours qui emprunte le tracé d’une ancienne voie ferrée. Côté ambiance, cependant, que de changements! Depuis quelques années, bistros et microbrasseries se multiplient en bordure de la piste et en font une destination aussi sportive qu’épicurienne.
ptittraindunord.com

Au pays de Kamouraska, dans le Bas-Saint-Laurent, une excursion en vélo combine panoramas sur l’estuaire du Saint-Laurent, décor champêtre et riche patrimoine culturel. En soirée, on profite du magnifique spectacle qu’offre le soleil quand il descend doucement derrière les montagnes charlevoisiennes, tout en se reflétant sur l’eau.
tourismekamouraska.com

On s’éloigne des voitures en parcourant les boucles consacrées au vélo de route tout terrain, communément appelé gravel bike, dans les Cantons-de-l’Est. Ces itinéraires empruntent surtout des chemins de gravier peu connus de ceux qui ne sont pas de la place. S’y dévoile la face cachée de la région. À pédaler: la boucle La Traverse des Townships, qui s’étire sur 47 km entre Sutton et Lac-Brome à travers champs agricoles, fermettes et hameaux historiques.
cantonsdelest.com

En quête de défis? Cap sur la Route des montagnes de Charlevoix. Ce chemin touristique qui parcourt l’arrière-pays possède un relief qui ne fait pas dans la demi-mesure. Ce sont vraiment les petites Alpes du Québec. De quoi se remettre en forme! Muscles endoloris, mais bonheur garanti, grâce aux vues sur le cratère météoritique de Charlevoix et ses alentours.
tourisme-charlevoix.com/quoi-faire/routes-et-circuits/route-des-montagnes

Vélo Québec voyage

Photo: Getty Images/Thomas Barwick

Adrénaline sur terrain accidenté

On se cramponne à son guidon et on dévale les 2 500 km de pistes de vélo de montagne que répertorie Vélo Québec.

Bromont se targue, non sans raison, d’être la capitale du vélo de montagne du Québec. On y trouve plus de 50 km de pistes récréatives tracées par des experts en la matière. Si ce type de vélo nous fait peur, il est possible de s’inscrire à un cours d’initiation au Centre national de cyclisme de Bromont, qui possède aussi son propre réseau de pistes réservées à l’apprentissage des techniques.
tourismebromont.com

Tracées le long de falaises, de cascades et de rivières, les pistes de vélo de montagne du secteur Shannahan de la Vallée Bras-du-Nord sont devenues des classiques du genre au Québec. Mais ce domaine de 100 km de sentiers rapides, étroits et sinueux situé à Saint-Raymond de Portneuf n’est pas l’apanage des expertes: les débutantes y trouvent aussi leur compte. Sur place, on peut faire du camping ou séjourner dans une yourte, un refuge ou un chalet.
valleebrasdunord.com

Le Centre de vélo de montagne de Saint-Félicien, «Santa-Fé» pour les intimes, s’est forgé une réputation qui dépasse largement le Saguenay– Lac-Saint-Jean. Tracées dans un cadre magique, le long de la rivière à l’Ours, ses pistes (80 km) très bien entretenues conviennent aux grandes comme aux petites roues. Les cyclistes de montagne adorent la sensation de rouler sur ce qu’on appelle là-bas les «crans», c’est-à-dire le roc mis à nu du Bouclier canadien.
velostfelicien.com

Voyage Québec randonnée

Photo: Mathieu Dupuis

Le meilleur de la rando

Rando Québec répertorie plus de 14 000 km de sentiers pédestres aux quatre coins du territoire. Le plus difficile n’est donc pas de trouver des destinations, mais bien de les choisir. Nos pistes d’exploration.

Attachons bien nos bottes! Avec sa montée de 800 m de dénivelé et ses 11,2 km de long (aller-retour), l’Acropole des Draveurs, dans le parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, est réputée comme l’un des sentiers les plus exigeants du Québec. À sa cime, on découvre de magnifiques panoramas et une végétation digne de la toundra. Un incontournable de la région de Charlevoix.
sepaq.com

Autre destination de (douce) torture: le mont Nicol-Albert, dans la réserve faunique de Matane, en Gaspésie. Son sentier d’ascension, long de 6 km, se compare à un escalier infini – presque une montée à la verticale. Le cœur pompe au maximum, les mollets deviennent inévitablement douloureux… Mais la magie est au rendez-vous et nos efforts se voient récompensés: au sommet, un rocher à la forme humaine domine un panorama rien de moins qu’époustouflant.
sia-iat.com

Pour les randonneurs, l’Abitibi possède un avantage de taille: ses montagnes ont beau s’apparenter davantage à des collines, elles ne nous en mettent pas moins plein la vue après une courte ascension. C’est le cas des sentiers pédestres Opasatica, un réseau d’une douzaine de kilomètres qui explore une crête s’enfonçant dans un lac long de 33 km. Lichens, mousses, arbres bicentenaires et points de vue à la clé.
arbofajapi.com/Opasatica

Des montagnes ceinturent Murdochville, ancienne cité minière de la Gaspésie. L’hiver, on les dévale en ski. L’été, on les grimpe à pied. En partant du centre-ville, on s’attaque au mont du Porphyre (8 km aller-retour). Tout en haut, on peut observer à loisir les vestiges de la mine de cuivre, inondée d’un lac azur, et les forêts d’éoliennes qui ont poussé aux alentours.
murdochville.com

Pas besoin d’être un athlète olympique pour s’attaquer au sentier La Chouenne dans le parc national des Grands-Jardins, dans la région de Charlevoix. La montée, qui s’étire sur à peine 2 km, nous mène à 730 m d’altitude jusqu’à un cap de roche offrant une vue à 360 degrés. Rapport qualité-dépense calorique imbattable!
sepaq.com

L’incroyable milieu dunaire de la réserve nationale de faune de la Pointe-de-l’Est, aux îles de la Madeleine, dévoile ses charmes grâce aux 8 km de sentiers qui courent sur le sable et les trottoirs de bois. Tout au bout, on y atteint une plage de 8,6 km, la Grande Échouerie, où les baigneurs se font plus rares que les phoques.
tourismeilesdelamadeleine.com