Beauté

Besoin d’éclat ? Illuminateurs et highlighters sont là !

Les illuminateurs et les highlighters ont une mission : créer de l’éclat sur le visage. Il y a un peu de magie... et de la stratégie !

Photo: gracieuseté de Fenty Beauty by Rihanna

Comment les stars font-elles pour arborer une peau aussi lumineuse sur le tapis rouge ? Le secret réside dans des produits de maquillage bien connus dans l’univers du cinéma et des studios de photos, mais que le grand public a longtemps ignorés : les highlighters, illuminateurs et autres enlumineurs.

Le phénomène des égoportraits sur les réseaux sociaux a largement contribué à leur popularité. Les influenceuses sont passées maîtres dans l’art de souligner – ou plutôt, de surligner – leurs traits avec la nouvelle génération de fards et de crèmes qui captent la lumière et rehaussent leur photogénie.

Notre trousse de maquillage accueille ces boîtiers et flacons, mais on peut hésiter avant d’étaler un fard opale ou champagne sur nos pommettes. Nous avons consulté Atefeh Shojaie, maquilleuse de Vancouver, et Tracy Peart, maquilleuse et chroniqueuse beauté torontoise, pour en apprendre davantage sur ces produits phares.

Quelle est la différence entre un highlighter et un illuminateur ?

« Le highlighter est un produit de maquillage irisé ou nacré qui réfléchit la lumière. Il est utilisé de façon ciblée sur des zones que l’on veut faire ressortir », dit Atefeh Shojaie. Cela peut être les pommettes, l’arcade sourcilière, l’arête du nez ou l’arc de Cupidon (la double courbe de la lèvre supérieure). Sans oublier les épaules et les clavicules, lorsqu’on arbore un décolleté et qu’on a l’humeur festive.

L’idée importante à retenir : le but de ce maquillage est de capter la lumière, et non de faire luire ou de briller comme une boule disco.

L’illuminateur (aussi appelé enlumineur, rehausseur de teint ou embellisseur de teint) donne de l’éclat à l’ensemble du visage. C’est davantage un voile lumineux, qui contient moins de pigments réfléchissants que le highlighter. À noter que certaines marques utilisent à tort le terme « illuminateur » pour désigner un highlighter.

D’où vient leur éclat ?

Le mica est le principal minéral employé pour ajouter l’effet chatoyant aux cosmétiques. Cet ingrédient est au cœur d’une controverse : il provient de mines en Inde et à Madagascar, dans lesquelles des enfants travaillent au risque de leur vie, pour un salaire de misère.

De grandes sociétés comme le groupe L’Oréal et Estée Lauder se sont engagées à assurer la traçabilité, afin de rendre la chaîne d’approvisionnement plus éthique. La marque britannique Lush, pour sa part, a préféré le mica fabriqué en laboratoire.

Sous quelle forme retrouve-t-on ces produits ?

Les highlighters se présentent sous forme liquide, crémeuse ou en poudre. « Les peaux grasses devraient opter pour une version en poudre, qui reste en place plus longtemps », avise Tracy Peart. Les highlighters liquides et crémeux conviennent bien aux peaux sèches et atténuent leur texture irrégulière, note Atefeh Shojaie.

Les illuminateurs sont déclinés en bases de teint, sérums, crèmes hydratantes… On peut ajouter quelques gouttes d’illuminateur à une crème de jour ou un fond de teint, pour une diffusion plus homogène.

Quelle est la meilleure façon d’appliquer un highlighter ?

Une éponge (de type Beautyblender) est utile pour les highlighters liquides ou crémeux. Il est important d’éviter les mouvements de va-et-vient qui pourraient laisser des démarcations, selon Tracy Peart. « J’applique le maquillage par tamponnements délicats », précise-t-elle. Pour obtenir de meilleurs résultats, on humidifie l’éponge avec de l’eau et on enlève l’excédent de liquide avec un mouchoir en papier.

Pour le highlighter en poudre, on se sert d’un pinceau doux et moelleux qu’on balaie sur la peau avec légèreté. Pour les zones plus étroites, comme l’arcade sourcilière ou l’arc de Cupidon, il vaut mieux se servir d’un petit pinceau à ombre à paupières, qui permet une plus grande précision. Les mains moins habiles seront plus à l’aise avec des bâtonnets (ou sticks), plus faciles à estomper sur les reliefs.

Quels sont les effets d’un highlighter sur les traits ?

Dans le coin interne de l’œil : la touche de lumière défatigue le regard. Sur l’arcade sourcilière : il définit la ligne des sourcils et « ouvre » le regard. Sur l’arête du nez : il fait paraître le nez plus étroit. Sur l’arc de Cupidon : la lèvre supérieure paraît plus pulpeuse.

Doit-on appliquer le highlighter avant ou après le fond de teint ?

On le réserve pour la touche finale, après le fond de teint et le fard à joues.

A-t-on besoin d’un highlighter si on porte déjà du fard à joues ?

« Le fard à joues ajoute de la couleur à la peau. Son but est de donner un effet bonne mine », explique Tracy Peart. Comme lorsqu’on rosit après un grand bol d’air frais.

Quant au highlighter, il fait ressortir un trait, tel un flash. Ces deux produits se complètent, bien qu’ils aient des fonctions différentes. Pour économiser un geste (et des dollars), on peut choisir de n’utiliser qu’un blush chatoyant, qui colorera les joues tout en réfléchissant la lumière.

Comment déterminer la bonne couleur de highlighter pour notre teint ?

Pour un effet naturel, on choisit une teinte un peu plus pâle que la peau. Dans les cas de carnation très claire, on privilégie les tons rosés, nacrés ou opalescents. Un highlighter pêche ou doré est approprié pour les teints moyens, alors que les peaux plus foncées préfèrent les nuances dorées, bronze ou cuivrées.

Que faire si on a un peu forcé sur l’application ?

Pour enlever l’excédent de poudre, on prend un pinceau propre et on époussette. C’est ce que conseille Atefeh Shojaie. Pour ôter un surplus d’highlighter liquide ou en crème, on passe une éponge propre légèrement humidifiée. Une autre solution : ajouter un peu de poudre compacte ou de fixation par-dessus.

Shopping : nos produits préférés

Pour ajouter des touches d’éclat

 

Pour faire rayonner le teint