Soins du visage et du corps

Le rétinol, l’ingrédient magique de la cosmétique anti-âge ?

Le rétinol est une mégastar de la cosmétique anti-âge depuis une trentaine d’années. Ce dérivé de la vitamine A présente une longue liste d'avantages, qui le place encore aujourd’hui dans une classe à part au rayon des ingrédients de soins cutanés.

Il est facile de comprendre pourquoi tant de beautistas ne jurent que par le rétinol : l’amélioration du grain de peau, la diminution des taches pigmentaires ou encore la stimulation de la production de collagène sont des preuves concrètes de son efficacité. Mais l’utilisation du puissant actif n’est pas exempte d’effets indésirables… Nous avons fait le point avec Alessandra Gatti, directrice régionale de la formation chez NeoStrata, Dre Julia Carroll, dermatologue à la clinique torontoise Compass Dermatology, et l’esthéticienne médicale Amanda Mizen.

1. Qu’est-ce que le rétinol ?

Le rétinol est un type de rétinoïdes, ces composés chimiques dérivés de la vitamine A. La molécule est produite naturellement par notre organisme. Elle a d’abord été exploitée dans des traitements contre l’acné. Sa capacité à stimuler le renouvellement cellulaire a inspiré les chimistes qui faisaient de la recherche dans des laboratoires de cosmétiques. La portée du rétinol a pris de l’expansion : des formules de soins agissant sur les signes de l’âge ont vu le jour et gagné d’innombrables adeptes.

2. Quelles sont les vertus du rétinol ?

« Les multiples bienfaits du rétinol en font un ingrédient anti-âge sans pareil, en plus d’être un allié des peaux acnéiques », s’exclame Alessandra Gatti. Il intervient tant à la surface de la peau qu’en profondeur, au niveau du derme. Il déloge les peaux mortes et désengorge les pores, ce qui rend le teint plus uniforme et éclatant. Il estompe les taches pigmentaires. En activant la production de collagène et d’élastine, il rend la peau plus souple, et contribue à diminuer l’apparence des rides et des ridules. Une autre de ses prouesses ? Il tonifie les tissus cutanés.

3. On dit le rétinol irritant. Est-ce vrai ?

Les effets indésirables les plus fréquents sont l’irritation, les rougeurs, la desquamation et une sécheresse accrue, selon Alessandra Gatti. « Ce sont des signes que la peau essaie de s’adapter à quelque chose de nouveau. Cette période de transition exige de la patience, mais à long terme, l’investissement vaut la peine », explique la directrice de formation.

Une utilisation trop fréquente, une trop grande quantité, une préparation inadéquate de la peau ou un mélange de rétinol avec d’autres ingrédients comme des exfoliants ou des actifs contre l’acné, peuvent déclencher une réaction, estime la dermatologue Julia Carroll. Il faut tout de même mentionner que les risques d’irritation ont diminué au cours des dernières années grâce à des formules plus perfectionnées.

4. Que faire si on réagit au rétinol ?

Si la peau devient très irritée, on cesse l’application du produit (et de tout autre soin contenant des ingrédients actifs, mis à part la crème solaire), d’après l’esthéticienne médicale Amanda Mizen. On réduit la routine beauté à un nettoyant doux et à une crème hydratante sans parfum. Une fois la barrière cutanée revenue à son état normal, on peut tenter un nouvel essai avec le rétinol, de façon régulière mais moins fréquente, afin d’augmenter notre degré de tolérance, juge la Dre Carroll.

5. Y a-t-il des contre-indications ?

Amanda Mizen ne recommande pas le rétinol aux personnes dont la peau a été trop exfoliée par des traitements à domicile ou en cabinet. « Une peau exfoliée [sans exagération] peut bénéficier du rétinol, mais il faut faire preuve de prudence en respectant les moments d’application dans la journée. Par exemple, si on procède à une exfoliation chimique du visage le matin à l’aide d’un produit aux AHA (acides alphahydroxylés), on utilisera un soin au rétinol le soir », ajoute Alessandra Gatti. Les peaux sensibles ont plus de difficulté d’adaptation. Celles-ci peuvent se tourner vers d’autres ingrédients plus doux comme les PHA (acides polyhydroxylés), réputés pour donner d’excellents résultats anti-âge, selon l’experte. Il est à noter que les femmes enceintes ne doivent pas utiliser de rétinol.

6. À quel âge devrait-on commencer à utiliser le rétinol ?

Amanda Mizen incite ses clientes à commencer à partir de la trentaine, car c’est à partir de ce moment-là que la quantité et la qualité du collagène commencent à diminuer rapidement dans notre organisme. Résultat : la peau fragilisée flétrit et perd de sa fermeté. Mais tous les âges peuvent récolter les fruits du rétinol. « En dermatologie, on prescrit des rétinoïdes aux adolescents souffrant d’acné. Lors des consultations, j’explique à mes jeunes clients les avantages à long terme, et je leur recommande de continuer à utiliser le rétinoïde même après avoir éliminé leur problème d’acné », fait savoir la Dre Carroll.

7. Comment intégrer le rétinol dans la routine beauté ?

Il faut se rappeler de procéder lentement, avec constance et persévérance, pour laisser le temps à la peau de s’adapter au produit. « On commence par une toute petite quantité (de la taille d’un pois) le soir, puis on attend quelques jours, dit Julia Carroll. Pas de réaction ? On poursuit, à raison d’une ou deux fois par semaine, puis on passe à un soir sur deux ». Pourquoi le soir ? Le rétinol rend la peau sensible à la lumière du soleil.

La dermatologue souligne l’importance d’utiliser une crème solaire à FPS 50 (ou plus), qui protège des rayons UVA et UVB. Si la peau devient rouge et squameuse, la Dre Carroll suggère de mélanger la formule au rétinol avec une crème hydratante.

8. Quels sont les concentrations offertes sur le marché ?

Les dermatologues prescrivent les rétinoïdes pour régler les cas d’acné. Il faut donc une ordonnance pour en acheter. Le rétinol est un ingrédient cosmétique disponible en vente libre. On peut se procurer différentes concentrations, des plus faibles (de 0,01 % à 0,03 %), jusqu’au pourcentage maximal de 1 %. « Pour les peaux délicates ou très minces, il convient de rechercher une formule à dosage très léger, entre 0,025 % et 0,1 %. Les épidermes plus robustes, de type mixte avec zone T, à grain de peau plus épais, peuvent se diriger vers la ligue des gros bonnets ! » explique Alessandra Gatti. Attention de ne pas se laisser tenter dès le début par des dosages trop élevés, sinon bonjour les effets irritants. Une concentration de 0,3 % accommode la plupart des types de peaux.

Amanda Mizen préfère une crème ou un sérum à rétinol encapsulé, ce qui signifie que la molécule est distribuée de façon graduelle dans la peau. Elle ajoute que ces produits ont tendance à être plus stables et à laisser une sensation d’hydratation. L’actif étant très sensible à l’air et à la lumière, il faut privilégier les produits dont le conditionnement est opaque et sous vide.

Prête à essayer le rétinol ? Voici nos formules préférées, des plus douces aux plus puissantes.