Soins du visage et du corps

Chouchoutez vos pieds

Offrez-vous un soin maison en suivant notre routine simple en six étapes.

Étape 1 : Le trempage

Le bain de pied a trois utilités majeures: 1) ramollir la peau, les cuticules et les ongles, pour en faciliter successivement le ponçage, la pousse et la taille ; 2) détendre les 33 articulations et la centaine de tendons, muscles et ligaments que comptent chacun de nos pieds ; 3) délasser leurs 26 os, qui supportent à chaque pas jusqu’à trois fois la pression de notre poids.

Pas besoin d’étirer trop longtemps la sauce : de cinq à dix minutes de trempage suffisent. Au-delà de cela, les cuticules se gonflent (devenant sur-le-champ plus proéminents) et les ongles deviennent si poreux que l’adhérence de n’importe quel vernis est ensuite sérieusement compromise.

Agrémentez l’exercice en incorporant à l’eau tiède de votre bain des galets effervescents, des huiles essentielles ou, si vous n’avez rien d’autre sous la main, du shampooing. En plus de désodoriser vos pieds, ils dissiperont la sensation de fatigue et d’échauffement, spécialement si vous choisissez des arômes relaxants de lavande ou de cannelle et que vous terminez le trempage par un jet d’eau fraîche.

Étape 2 : Le gommage

Une fois la semaine, pendant que vous êtes sous la douche ou dans le bain, prenez l’habitude d’exfolier vos pieds. Allez-y vigoureusement, ils sont capables d’en prendre : avec une densité cutanée 10 fois supérieure à celle du visage, nos pieds ne sont pas douillets pour deux sous !

Un bon gommage leur est bénéfique à plus d’un égard : il permet d’enlever les taches, de décoller les cellules mortes, de stimuler le renouvellement cutané et de favoriser, après coup, une meilleure pénétration des crèmes de soin. Si vos pieds ont tendance à être secs, gommez-les avec une crème granulée ou un gel de gommage à base de sucre (le sucre retient l’eau dans la peau). À l’inverse, s’ils transpirent beaucoup, asséchez-les avec un sel exfoliant (le sel absorbe la moiteur).

C’est aussi le moment tout indiqué pour relaxer vos petons mis à mal par les longues heures que vous leur avez fait passer debout ou enserrés dans des escarpins pointus. Pour bien les détendre, massez surtout orteils et plante des pieds.

Étape 3 : Le ponçage

C’est quand nos pieds sont encore humides qu’il faut s’atteler à la tâche ardue de poncer durillons et callosités. De quoi s’agit-il au juste ? De régions cutanées qui ont durci et se sont épaissies à force de pressions et de frottements répétés.

Généralement, les durillons et les callosités se logent sur la plante des pieds de même que sur le rebord extérieur du gros orteil et du talon. Ils sont en quelque sorte des mécanismes de défense que se donne la peau pour protéger les pieds d’éventuelles meurtrissures. Certes, il convient de les éliminer ? car lorsqu’ils deviennent très apparents, ils sont inesthétiques et parfois même douloureux ? mais en partie seulement.

Pour ce faire, trois fois la semaine, on se servira d’une râpe ou d’une pierre ponce, qu’on frottera dans un mouvement de va-et-vient. L’usage de lame, de gouge ou de bistouri est à proscrire, à moins d’être un podiatre certifié : ces instruments sont si coupants qu’on risque de se blesser sérieusement si on les manipule mal.

À celles qui sont aux prises avec un problème de corne épaisse et dense ? qu’on appelle, en langage médical, de l’hyperkératose ?, les pros conseillent de troquer limes et râpes contre un correcteur de callosité médicamenté, généralement à base d’acide salicylique ou d’oxyde de zinc. Son usage est double : contenir l’épaississement exagéré et nourrir la peau. Vous trouverez de tels produits dans la section « pédicurie/soins des pieds » des pharmacies.

Étape 4 : La coupe et le limage

Au sortir de la douche ou du bain, une précaution s’impose : épongez bien vos pieds (le dessous des ongles et l’espace entre les orteils compris). Sur ou sous les pieds, toute région laissée humide est propice au développement d’infections fongiques, de mycoses ou de champignons.

Tout de suite après, profitez du fait que vos ongles aient été assouplis pour les tailler (sans risquer de les fendre). Sur la question, les podiatres sont catégoriques : on doit les couper en suivant leur forme naturelle, ne jamais les élaguer en deçà de la longueur des orteils, et arrondir leurs angles à la lime d’émeri, de céramique ou de diamant pour prévenir les ongles incarnés. Un conseil : désinfectez souvent vos outils à l’alcool et ne les partagez avec personne.

Étape 5 : L’hydratation

L’été, à force d’être exposés dans des sandales ou des souliers semi-ouverts, nos pieds ont tendance à se kératiniser à vitesse grand V. En conséquence, le geste beauté à ne pas négliger, c’est l’hydratation. Selon Christina Morin, docteure en médecine podiatrique à Boucherville, on devrait crémer nos pieds soir et matin. Idéalement, au sortir de la douche ou du bain, quand nos pores sont ouverts et ainsi plus aptes à absorber rapidement l’émollient. Mais aussi avant d’aller nous coucher, quand notre peau se met en mode « renouvellement ». Elle suggère même de dormir avec des chaussettes de coton (cette matière naturelle laisse respirer la peau, contrairement aux fibres synthétiques qui l’étouffent), de façon à bien encapsuler l’hydratation et nous réveiller, au petit matin, avec des petons lisses et doux.

À moins que vous ne souffriez de pied d’athlète et que votre traitement topique ne l’exige, ne mettez jamais de crèmes entre vos orteils : les champignons n’attendent que cela pour s’y installer et s’y multiplier. Servez-vous aussi de votre lotion pour nourrir vos cuticules et les repousser plus aisément. Des cuticules repoussées à intervalle régulier stimulent la pousse de l’ongle, soignent la pose du vernis et rendent le coup d’œil plus joli. À noter : certaines crèmes sont additionnées d’hydroxyde d’aluminium, pour freiner la transpiration excessive en même temps qu’elles hydratent.

Étape 6 : Le vernissage

Avant de les vernir, assurez-vous que vos ongles soient exempts de tout enduit huileux, en passant en surface une ouate imbibée de dissolvant. Puis posez d’abord une couche d’apprêt transparent : cela fera tenir le vernis plus longtemps, mais surtout, cela empêchera la plaque de vos ongles de jaunir.

Appliquez toujours deux couches de vernis : vous éviterez ainsi les stries et les démarcations, et vous aurez droit à une couleur franche et profonde. Faites suivre d’une couche de finition, pour sceller l’éclat et protéger la brillance de la couleur. Mais pour vous assurer d’un résultat impeccable, procédez par étape : le soir, superposez une première couche de couleur à votre base. Et le lendemain matin, vernissez de nouveau avant d’appliquer votre couche de finition. Tous les jours qui suivent, amplifiez la brillance de votre vernis sous une nouvelle couche de finition.

Si vous voulez des résultats durables, lorgnez du côté des vernis à ongles métalliques ou nacrés, plus résistants que les crémeux. Et osez la couleur : cet été, les fruitées volaient la vedette. Pour être in, il fallait peindre ses ongles d’orteils en lime, en banane ou en tangerine. Cet automne, le sérieux est de retour. Dans vos escarpins ouverts, au cocktail de la rentrée, affichez des ongles prune, bordeaux ou vermillon, et vous serez tout à fait dans le ton.