Beauté

Toute la beauté du monde (suite)

Le mois dernier, nous vous présentions cinq pays : leur façon d’aborder la beauté, leur devise en la matière, leurs produits fétiches. Le voyage se poursuit avec cinq autres destinations.

INDE

On y cultive des tonnes d’épices, de fleurs et de plantes aromatiques. Les Indiennes n’ont qu’à cueillir ces trésors pour enrichir leurs soins maison. Le miel apaise la peau, le jasmin la parfume, le curcuma l’exfolie et l’huile d’amande douce lustre les chevelures de jais. La purification est indissociable des rites religieux hindouistes. Fidèles aux préceptes ayurvédiques, bon nombre d’Indiennes maîtrisent l’art des massages. Aux instruments et aux décoctions modernes, elles préfèrent encore l’épilation au fil, qu’elles exécutent partout sur leur visage, de la lèvre supérieure aux sourcils.

Sa devise beauté : se faire belle pour vénérer les divinités.


 


Savon ayurvédique de Chandrika, 2 $.


 


Huile apaisante pour le corps, le bain et le cuir chevelu Calming Composition d’Aveda, 28,50 $.


 


Lait pour le corps Gotu Kola & Kukui de Sundãri, 35 $.

ALLEMAGNE

La beauté semble inscrite dans les gènes des Allemandes (Claudia Schiffer, Marlene Dietrich, Heidi Klum, Diane Kruger…), qui l’associent intimement à la santé. Pour atteindre les plus hautes normes de qualité, la fabrication des soins made in Germany est strictement réglementée, de la culture des ingrédients actifs à la mise en bouteille. Le territoire germanique devant composer avec de grandes variations climatiques, les produits usinés sur place sont formulés en conséquence. Et dans bien des cas, un produit a de multiples vocations (il sert autant à hydrater la peau qu’à la nettoyer ou à l’apaiser) et s’adresse à un large public (femmes, hommes et enfants).

Sa devise beauté : un esprit sain dans un corps sain.


 


Crème Nivea, 10,25 $.


 


Bain de bouche de WalaVita, 14 $.


 


Crème à la rose de Dr. Hauschka, 41 $.

SUISSE

Au pays des grandes banques et de l’horlogerie de luxe (Rolex, Longines et cie), la beauté est clinique et technologique. Depuis des décennies, on y pratique les interventions de chirurgie esthétique les plus pointues dans des spas chics situés en bordure de lacs majestueux lovés au pied des montagnes. La plupart des produits de soins locaux, hyperspécialisés, ont été mis au point dans des hôpitaux pour grands brûlés, des stations thermales achalandées ou des cliniques médicales réputées. À l’inverse des Américains, qui vénèrent les soins minute, les Suisses s’adonnent à de longues cures. D’où leur intérêt marqué pour les ingrédients de qualité (caviar, nacre de perle, collagène) et chers. Après tout, on est au pays des banquiers… suisses !

Sa devise beauté : Sublimer, avec la précision d’un horloger.


 


Perles de mise en beauté Dermo Caviar de La Prairie, 205 $.


 


Crème Perle suprême de Swiss Line (série limitée), présentée dans une huître de cristal, 390 $.


 


Sérum rénovateur Juvedical de Juvena, 165 $.


 


Sérum de revitalisation A.R.L. Age Defense de Hormeta, 78 $.

ÉTATS-UNIS

Vu l’étendue du territoire, la beauté à l’américaine possède plusieurs visages. Sur la côte Est, elle se fait sérieuse : s’appuyant sur la pharmacologie, la phytothérapie ou l’aromathérapie, elle valorise avant tout l’efficacité de ses formules (Origins, Clinique, Kiehl’s). À l’opposé, sur la côte Ouest, la beauté s’inspire des studios de photo ou de cinéma (l’icône des icônes : Marilyn Monroe). Pensons aux entreprises californiennes BeneFit, DuWop et Smashbox, dont les emballages sont colorés et ludiques. Dans une classe à part trônent aussi celles qui ont mis Oncle Sam sur la mappemonde beauté : les Estée Lauder, la all-American beauty queen, Revlon, label-culte du marché de masse, Mary Kay et Avon, impératrices de la vente de petits pots par correspondance.

Leur devise beauté : la beauté s’exprime en toute liberté, dans tous ses états.


 


Vernis à ongles de Revlon, 5 $.


 


Complexe protecteur et revitalisant Advanced Night Repair d’Estée Lauder, 63 $.


 


Eau de toilette en spray Original Musk formule no 1 de Kiehl’s, 50 $.


 


Système de soins en 3 étapes de Clinique, comprenant le savon facial formule peau grasse avec porte-savon, 15 $, la lotion clarifiante 3, 14,50 $, et l’émulsion hydratante Tellement différente, 29 $.

ÎLES DES TROPIQUES

Les îles tropicales – des Caraïbes, du Pacifique ou de l’océan Indien – ont une approche commune des soins de toilette. La végétation locale fournit aux insulaires des fleurs et des herbes de toute beauté. Les rites autochtones y étant à l’honneur, on soigne le corps pour élever l’esprit. D’où l’association beauté et sorcellerie : fervents de fumigations, les îliens concoctent aussi des soins à partir de recettes ancestrales. Les huiles (coco, jojoba), la boue volcanique et l’aloès sont à la base de préparations de beauté exotiques. Héritage de l’Afrique, le karité est utilisé pour délier les muscles et nourrir la peau desséchée. En Polynésie, les vahinés s’en remettent plutôt au monoï (résultat de la macération de fleurs de tiaré dans l’huile de noix de coco), qui parfume le bain, lustre les cheveux, satine le corps et protège le visage.

Leur devise beauté : dépayser les sens en associant beauté et exotisme.


 


Le savon des Antilles à base d’huile de coco et de beurre de karité, parfums de frangipanier ou d’hibiscus, 3 $ ch.


 


Huile tiaré tradition Jardins des Îles de Polynésie d’Yves Rocher, 9 $.


 


Gel apaisant à l’aloès pur de Solarcaine, 7,25 $.