Blogue de la rédac

En thérapie

C'est un réel bonheur de suivre cette série intelligente, sensible et audacieuse. Les textes brillamment adaptés à notre réalité québécoise et l’immense talent des comédiens me tiennent rivée à mon écran à chaque épisode.

J’aime bien quand avec les copines on partage nos impressions sur une série télévisée qui fait l’unanimité. Au bureau, je me délecte de ces petites conversations animées ou chacune y va de son commentaire « As-tu vu la scène où elle lui avoue qu’elle l’a trompé, ou encore ah le salaud, il est tellement imbu de sa personne, il me fait penser à…. » Le genre de petites conversations improvisées qui mine de rien permet de tisser des liens.

Je m’explique mal le peu de réactions que suscite l’excellente série En thérapie en onde tous les soirs à 22h sur TV5. Il s’agit à la base d’une série israélienne fort populaire qui a été traduite pour les Américains et qui a fait son entrée sur nos écrans en version française au début de l’automne. L’adaptation québécoise des textes a été confiée à l’écrivaine Nadine Bismuth. Le concept : chaque épisode correspond à une séance de thérapie en huis-clos. Deux personnages : François Papineau, impressionnant dans le rôle de Philippe Jacob, psychothérapeute, et un patient différent pour chaque jour de la semaine, sauf le vendredi, où Philippe, qui pour ventiler un peu, rencontre sa propre psy, interprétée par Élise Guilbault. La boucle se répète à chaque semaine et on suit l’évolution des patients au fil de leurs séances de thérapie. Rien d’autre (ou presque) qu’un thérapeute et un patient qui se parlent pendant une demi-heure. Un concept unique et audacieux qui aurait pu nous ennuyer à mort. Le défi était grand. Et il a été relevé avec intelligence et beaucoup de sensibilité sans tomber dans les clichés. Les textes brillamment adaptés à notre réalité québécoise et l’immense talent des comédiens me tiennent rivée à mon écran à chaque épisode. C’est à la fois intéressant et touchant d’entrer en contact avec la détresse de ces personnages, comme celui de Florence joué par Macha Limonchik qu’on voit en gros plan s’émouvoir lorsqu’elle réalise le lien entre sa difficulté de vivre une relation de couple satisfaisante et la mort de son père quand elle était adolescente. Ou encore de voir Éric, un pilote d’élite qui se fait un devoir de refouler toute émotion, endurci bien malgré lui par son métier et par un père macho, qui tente désespérément de s’en sortir en dénigrant le travail du psychothérapeute. Rien de banal en tout cas dans ces histoires qui somme toute sont le lot de bien du monde. Et pourtant si pleines de souffrances.

On peut voir les derniers épisodes sur Entherapietv5.ca. De plus, on peut twitter en direct ses commentaires et partager avec les « accros » ainsi qu’un psychologue ses points de vue. En espérant que les producteurs nous feront le plaisir de publier un coffret dvd de cette excellente série!