Blogue de la rédac

Je vais mieux: le Foenkinos nouveau est arrivé!

L'auteur de La délicatesse nous revient avec un nouveau roman.

Autant l’avouer tout de suite, je suis une fan inconditionnelle de l’écrivain français David Foenkinos. Passé en coup de vent au Québec à la mi-décembre pour présenter son film La délicatesse, tiré de son livre du même nom, l’auteur à lunettes en a profité pour nous parler de son nouveau roman, Je vais mieux, à paraître sur nos rayons le 23 janvier. J’ai voulu savoir ce qu’il nous réservait cette fois.

Châtelaine : Pourquoi lire Je vais mieux après avoir lu (vu) La délicatesse ? 

Justement, pour aller mieux ! Enfin j’espère ! C’est un livre que j’ai voulu optimiste. Mon héros remet toute sa vie en question, et dénoue tous les problèmes qu’il a toujours mis de côté, comme les relations avec ses parents ou au travail. C’est une forme de bilan qu’il faut faire quoiqu’il arrive et il y est contraint par son corps.

Justement, votre héros se réveille avec un inexplicable mal de dos. Que lui arrive-t-il donc ?    

David Foenkinos : Le corps réagit à des situations que nous ne voyons pas. Un peu comme dans La délicatesse où Nathalie embrassait subitement un Suédois dans une pulsion de survie, je pense que notre corps peut crier « au secours » quand nous ne savons pas prendre les bonnes décisions. Le dos est assez symbolique des tensions que l’on peut accumuler dans le corps. Le mal de dos est le point de départ pour mon héros. Il est temps pour lui de régler ses problèmes. Et ils sont nombreux.

Que représente ce roman pour vous ?

Pour moi c’est un livre à la fois drôle et grave. C’est un roman drave ! Je l’ai écrit en étant en symbiose avec mon personnage, et en ayant mal au dos avec lui. Je sais que la souffrance peut nous pousser dans une certaine folie. Elle pousse mon héros toujours si poli, si délicat, à hurler et à réagir. Et il crie ses vérités à tout le monde. Je pense que c’est une étape nécessaire dans une vie !

Je vais mieux, de David Foenkinos, en librairie le 23 janvier.