Blogue de la rédac

La mode des clubs de lecture

Il y a des clubs pour tout. Celui que je préfère réunit des mordus de mots et de bonne chère...

Club de lecture

Dans une semaine, j’ai rendez-vous avec une joyeuse bande de lecteurs, amateurs de mots et de bonne chère. Rien de sérieux, même si le livre au menu porte un titre austère : La pitié dangereuse, de Stefan Zweig. Le but de notre rencontre sera de deviser joyeusement,  autour d’une table bien garnie, de cette histoire d’une paralytique éprise d’un officier autrichien (je vous entends déjà!)

N’était-ce de mon club de lecture baptisé « Ze Club », aurais-je lu ce pavé de 300 pages? Rien de moins sûr (je nage en pleine période Foenkinos…)

Mais c’est justement là que résident l’intérêt et la beauté du club : la découverte et l’aventure littéraire. Sortir de ses tranchées, s’ouvrir aux choix des autres, confronter ses impressions et ses opinions, bref, partager ce plaisir solitaire qu’est la lecture.

Aux États-Unis, on dénombre près de 5 millions de books clubs, physiques et virtuels, dont le plus couru est celui d’Oprah. Au Québec et ailleurs? Difficile à évaluer. Mais l’engouement est là.

Le phénomène n’est pas nouveau. Ce qui l’est par contre, c’est sa démocratisation. Aujourd’hui, les clubs rallient des passionnés de polars, de BD, de romans scandinaves, français, chinois, historiques, name it! Ils sont de tous âges et de tous horizons. Le plaisir est au rendez-vous, souvent le vin et la bouffe aussi.

Comme me l’a expliqué Christian Azzam, fondateur de « Ze Club », la lecture peut servir de prétexte à se voir plus souvent. Des amitiés se créent au gré des soirées.

Si l’envie de monter le vôtre vous prend, voici ses règles d’or: choisir à tour de rôle un livre qui suscite la discussion (ce ne sont pas toujours les belles histoires qui font jaser); expliquer aux membres les raisons de son choix, présenter sommairement l’auteur et animer les échanges en les orientant sur les facettes de l’histoire (la discussion peut facilement partir dans tous les sens!)

Plus simple encore : adhérer à un club virtuel. Suggestions :

Le club de Châtelaine

Le Palmarès interactif du Club de Bazzo.tv

BouquiNet

Babelio

Maintenant, je vous laisse, j’ai encore 275 pages à finir d’ici la semaine prochaine!

DÉPOSÉ SOUS: