Blogue de la rédac

La série Downton Abbey

Autant le dire maintenant : j’adore les séries télé à grands déploiements. Celles où l’histoire est aussi bien ficelée qu’un scénario de films et, encore mieux, si l’époque n’est pas la nôtre. Après The Tudors et Mad Men, c’est à Downton Abbey que je me suis accrochée!


 

Le chroniqueur Hugo Dumas de La Presse, ainsi qu’Audrey PM de Nightlife.ca ne jurent que par cette série anglaise qui prend racine dans la haute société anglaise. Avec raison. Débutant par le naufrage du Titanic, l’histoire de la riche famille Crawley y perd son premier héritier dans la tragédie. Cette famille dont le noyau est constituée du Comte Robert et de la Comtesse Cora de Grantham, de leurs trois filles, Lady Mary, Edith et Sybil et de la Comtesse Violet, mère de Robert (vieille chipie admirablement joué par Maggie Smith) suivi de tous les cuisiniers, valets et servantes que commande une vie de château. Alors, qui sera l’héritier du Château de Downton Abbey? Mathieu Crawley? Le cousin de Manchester, vivant de manière (scandale!) moderne, sans serviteur (double scandale!)!  Vous l’aurez compris, le plaisir de cette série réside dans les flammèches que provoque la confrontation des mœurs. La fin d’une époque aristocratique et le début de la modernité qui entraîne l’assouplissement des règles.

Et, évidemment, les costumes sont à couper le souffle. L’attention aux détails est phénoménale. Les changements qui viennent avec l’époque de la modernité amènent son lot de situations cocasses comme l’arrivée de l’électricité et du téléphone au château.  Présentée sur les ondes de PBS, c’est la série anglaise la plus dispendieuse ever, chaque épisode coûte environs £ 1 000 000  (soit 1 579 280 $)!

Pour l’instant, il n’y a que deux saisons (en anglais, disponible en DVD). La troisième est attendue pour septembre prochain.

Pour donner une idée de l’impact et de la popularité de la série, Ralph Lauren s’est inspiré de l’époque pour sa collection Automne/Hiver 2012. On peut y entendre la mélodie du générique remixé.