Blogue de la rédac

Le nouveau Carlos Ruiz Zafon : bon ou pas?

Le Prince de la Brume, « nouveau » roman de l’auteur de L’ombre du vent.

ZAFON_PRINCE1

Pour qui a, comme moi, adoré L’ombre du vent, paru en français en 2004, la sortie d’un autre livre de cet auteur espagnol est toujours une bonne nouvelle. Même si cette nouvelle n’est pas très récente : Le Prince de la Brume a été écrit aux débuts des années 1990, bien avant L’ombre du vent, extraordinaire roman au succès planétaire. (À ce sujet, vous pouvez lire l’interview que m’a donnée Carlos Ruiz Zafon l’hiver dernier ici).

L’ombre du vent, Le jeu de l’ange et Marina : jusqu’à présent, tous ses livres se déroulent dans une Barcelone romanesque peuplée d’ombres et sertie de mystères. Pas Le Prince de la Brume, qui a pour décor un village côtier de l’Angleterre à l’été 1943. Par contre, les ingrédients qui ont fait de Zafon l’auteur espagnol le plus lu depuis Cervantès (Don Quichotte, ça vous dit quelque chose?) sont bien là. Des héros jeunes, purs, aux prises avec les forces du Mal. Des personnages bien dessinés, attachants. Un parfum d’ésotérisme, un soupçon d’horreur pas trop horrible. Assez de rebondissements pour nous garder en haleine.

Écrit à l’origine pour un public adolescent, Le Prince de la Brume n’est pas gnangnan pour autant. Zafon sait happer le lecteur adulte qui n’a plus 15 ans depuis longtemps. J’ai vite embarqué dans les aventures rocambolesques des enfants Carver et de leur ami Roland. Bien sûr, avec ce premier roman, Carlos Ruiz Zafon apprenait son métier, développait son style et aiguisait sa plume, un tout qui donnera L’ombre du vent (à lire, évidemment, si ce n’est pas encore fait). La force de frappe « zafonnienne » est moins puissante.

En espérant la parution d’une vraie « nouvelle » histoire, les fans de l’auteur espagnol peuvent ronger leur frein sans trop de risques d’être déçus avec Le Prince de la Brume. Surtout qu’il s’agit du premier tome d’une trilogie, dont le second sortira en librairie en février et où l’action se passe en Inde… Moi, j’ai hâte. Et vous?