Mieux-être

9 pistes pour vivre pleinement

Et peut-être même jusqu'à 100 ans.

Crédit : iStock

Crédit : iStock

J’ai beau m’occuper de la section santé de Châtelaine… L’an dernier, j’ai annulé trois fois mon examen médical annuel. (J’ai la chance d’avoir une excellente médecin de famille et je n’en profite même pas.) Et pourtant, je sais combien c’est important. Vous devriez voir les piles de livres qui jonchent la table à côté de mon bureau, et tous les courriels que je reçois au sujet de nouvelles études, de suppléments miracles ou de gadgets-indispensables-pour-maintenir-une-santé-optimale.

Prévenir, c’est la clé. Tout le monde sait ça. Mais alors, comment expliquer qu’on en fasse si peu pour prendre soin du bien le plus précieux qui soit? Parce que c’est dans la nature humaine d’oublier. Alors, vous me permettrez que je répète ce que tous les experts clament haut et fort depuis 100 ans (mettons 10-20 ans).

Voici ma liste de choses à faire pour rester en santé et vivre pleinement (dans le désordre):

1 S’activer tout au long de la journée. On passe ses journées devant l’ordi et on les termine évaché devant la télé. (Je sais, je sais comment résister à 19-2, Unité 9, Downton Abbey et Girls ?) À l’automne, après avoir scruté les habitudes de vie de 12 000 personnes, des chercheurs australiens concluaient que «chaque heure de télévision regardée après l’âge de 25 ans réduisait l’espérance de vie de 21,8 minutes». C’est pire que de fumer une cigarette qui, elle, retranche 11 minutes. Alors, on fait des sit-up pendant les pauses publicitaires?

2 Cultiver ses amitiés et créer de nouveaux liens. Notre bien-être passe beaucoup par les autres. Nous sommes de petites bêtes sociales… «Parmi les bienfaits de l’amitié démontrés par la science: moins de décès lors d’un cancer du sein, moins de rhumes, plus de résistance face aux épreuves de la vie. Ça s’expliquerait en partie parce que la présence de copains fait baisser le taux de cortisol – l’hormone produite par le corps quand on est stressé. Le rôle d’un ami serait même plus déterminant que celui d’un amoureux et de parents dans le combat contre la maladie, avancent des chercheurs», écrit ma collègue Marie-Hélène Proulx dans son excellent article L’amitié au microscope. À lire et relire.

3 Chérir son amoureux et ses enfants. Rester toujours authentique et les écouter avec le coeur. Passer des moments de qualité et d’intimité avec chacun d’eux. «Veiller, c’est être attentionné, avoir des attentions. Tous ces mots indiquent la qualité d’être présent, à l’écoute, tendu vers, prêt, conscient. Il s’agit autant d’être tendre que de tendre vers l’autre par des soins affectueux», écrivent Myla et Jon Kabat-Zinn dans À chaque jour ses prodiges, un livre marquant.

4 Se garder des moments en solitaire. La chose la plus difficile, selon moi, pour les mamans. Pour certaines, c’est dans la baignoire ou sur un coussin de méditation que ça se passe, pour moi, c’est quand j’enfile des chaussures de course…

5 Lire, apprendre, rester curieuse. Déformation professionnelle? Peut-être. Je suis fascinée par les gens qui, qu’importe l’âge, restent vifs, enthousiastes et intéressés par tout. Tiens, j’ai une pensée pour Monique Roy, notre chroniqueuse littéraire. Je rêve de réaliser une série d’entretiens avec des femmes pleines de vitalité comme elle!

6 Relever un défi fou à l’occasion. Ça peut être voyager seule, dresser son arbre généalogique, servir un repas gastronomique, organiser une randonnée pédestre d’une semaine en famille… Juste pour s’amuser ou pour se surpasser.

7 Accueillir le changement. Nous vivons dans un monde qui file à toute allure. Et les répercussions se font sentir tant au travail qu’au sein de la famille. Pourquoi s’en faire avec ce qu’on ne peut changer? Allons plutôt sans peur vers le mouvement, le renouvellement, les forces créatrices.

8 Manger des fruits et surtout des légumes en grande quantité. Les études scientifiques se contredisent souvent. Mais pas quand il est question de l’importance des fruits et légumes dans une alimentation saine.Les végétaux doivent occuper les 2/3 de l’assiette. Note à moi-même: essayer une recette avec du chou de Savoie, en fin de semaine.

9 Boire du thé. Parce que c’est bon, c’est chaud et réconfortant. En plus, c’est rempli de polyphénols.

Et vous, qu’ajouteriez-vous à cette liste?