Mode

Valentino sous toutes ses coutures… En quelques clics

Un musée virtuel pour les fans de mode, de création et de glamour.

intro-valentino

Il y a deux ans, j’étais probablement la seule à pleurer comme une madeleine dans ce petit cinéma newyorkais où on diffusait en avant-première le documentaire Valentino – Le dernier empereur. J’ai trouvé touchant de vérité ce film de Matt Tyrnauer, tourné sur deux ans, qui raconte la vie quotidienne du célèbre couturier romain. Pas étonnant donc que je me délecte de l’ouverture du Valentino Garavani Virtual Museum. Ce que c’est? Un spectaculaire musée de la mode qui propose une rétrospective de l’œuvre de Valentino. Ce qui est spécial, c’est qu’on le visite Ipad ou souris en main, dans le confort de son foyer, quand bon nous semble.


 

Cette idée brillante, on la doit à Valentino lui-même et à Giancarlo Giammetti – son associé et amoureux – qui ont voulu occuper leurs temps libres (ils se sont retirés en 2008) en donnant au grand public un accès privilégié aux archives retraçant les 50 ans de carrière de cet esthète qui adorait le rouge.

Et qu’on se le tienne pour dit, cette exposition digitale n’est pas que réservée aux professionnels de la mode. C’est pour quiconque s’intéresse au beau, au luxe, au travail artisanal, à l’histoire et au star-system. On y apprend notamment que Jacqueline Bouvier Kennedy a dit oui, je le veux au magnat Aristote Onassis vêtue d’une minirobe de dentelle Valentino, modèle 202 tiré de la collection Haute Couture du printemps 1968. On peut d’ailleurs l’inspecter sous tous ses angles grâce à une silhouette façon 3D.   


 

Là, je sens que j’ai piqué votre curiosité… Alors à votre clavier : d’abord, il faut se rendre sur le site du musée valentino-garavani-archives.org pour télécharger l’application gratuite (pour PC, MAC ou Ipad) qui permet d’entrer et de visiter le musée virtuel.


 

Puis, on n’a qu’à se promener dans les différentes galeries pour admirer des expositions thématiques, consulter des vidéos de défilés (datant des années 1970 à aujourd’hui) et d’entrevues, voir des croquis de mode jusqu’ici inaccessibles au public. On dit qu’il aurait fallu plus de 100 000 mètres carrés pour classer physiquement, dans un vrai musée, les 5000 pièces d’archive de la maison italienne. Innovateur et bien de son temps malgré ses 80 ans, Valentino a plutôt décidé de profiter de l’ère internet pour faire voir au monde entier le fruit de sa prodigieuse carrière.

Ce site accessible qu’on prend plaisir à découvrir est donc un véritable legs pour ceux et celles qui, comme moi, veulent toujours en savoir plus sur les coulisses des maisons de couture célèbres.

 

DÉPOSÉ SOUS: