C'est dans le Web

Internet rend-il fou?

Les troubles d’attention ne sont certainement pas très loin derrière la dépression dans la liste des maladies du siècle. Il y a quelques mois, l’écrivain technologique, Nicholas Carr déclarait que The Shallows: What the internet is doing to our brains, non seulement le bombardement d’informations sur Internet tue notre patience, notre capacité de réflexion et de contemplation, mais il modifierait aussi la structure de notre cerveau.

ll est vrai que j’ouvre parfois trop de fenêtres de navigateurs dans mes conversations et il faut boire quelques cafés pour me suivre. La patience n’a jamais été ma plus grande vertu, je suis vraiment une créature de mon époque. Cependant, si je pète un câble, inutile de me faire des examens neurologiques pour voir si mon cerveau est trop branché, ce sont surement les hormones, je suis une femme après tout.

Je conçois qu’au fil des années, je suis devenue un prolongement de mon ordinateur. Ma RAM râme souvent à 100% de sa capacité. Heureusement, ma machine gèle très rarement et démarre plus rapidement que mon ancien PC. (en français : Mémoire à accès non séquentiel).

Pour de les bienfaits de la science, voici un échantillon 24 secondes chrono devant mon ordinateur. 
Je navigue frénétiquement sur six fenêtres divisées en deux écrans :
– Bong: Un courriel de boulot. 
– PiouPiou: Tweet de Crapules « Bon matin à tous et bienvenue à mes nouveaux abonnés. Je me présente, Yan Thériault, gynéco-dépendant. »
– Ping: Annonce d’un texto sur mon cellulaire. 
– Bong: Pourriel de viagra. 
– PiouPiou: Tweet de Ancien Maigre « Ce soir, souper aux chandelles! Au menu: sushis de lampions, cierge flambé, bougie dans sa verrine, lumignons aux fraises.#StValentin »
– Bong: Lettre d’info sans importance.  
– Toudou: Spam d’une Russe en chaleur via Skype.
– Wouf: Chien de la voisine. 
– PiouPiou: machin@chose@pis@l’autre#machin http://tinyurl…. euhhh…
– Fiiiiiiiiiiiiii: Le café est prêt. 
Tic. Tic. Tic Beeep…

Le cerveau est étonnant : malgré tout ce bruit, j’ai réussi à lire le courriel de boulot, j’y ai répondu et l’ai classé dans ma boîte. Avec un minimum de volonté, nous savons aussi couper toutes distractions pour une concentration maximale.

Je disais quoi déjà? Ah! Oui. Nous sommes peut-être tous en train de sombrer dans un déficit d’attention chronique collectif telle une meute de Jack Russel tapant frénétiquement sur des claviers, mais il suffit parfois d’un peu de philosophie antique : « Connais toi-même ta propre RAM. »

Les théories de Carr sont controversées, mais le débat sur les impacts des changements technologiques sur notre manière de penser demeure fascinant. Je suis d’ailleurs, en train d’éplucher un essai collectif de Edge.org, Is the Internet changing the way you think? Tous ces grands cerveaux m’aident à défragmenter mon disque dur pour réfléchir en profondeur à la question.

Tenez, ça me rappelle cette bonne vieille chanson des Pixies. Voici Where is my mind?, reprise par Yoav, sur une vidéo de Vitaly Gariev et Natalya Kroitor.

http://www.youtube.com/watch?v=I7DXSONJCyc&fs=1&hl=fr_FR&rel=0