C'est dans le Web

Le sol est instable

Je reviens d’un voyage au Pérou. Je suis partie soufflée par un vent de changement. Je redescends sur un sol instable.

La faille de Nazca, Pérou

Je reviens d’un voyage au Pérou au cours duquel j’ai réalisé le défi de ne pas me connecter à Internet pendant dix jours. C’était de loin ma plus longue période de sevrage depuis que je suis tombée dans le Web en 1999. 

Avant mon départ, on parlait beaucoup des indignés. Au cours de la même semaine, j’avais vu la pièce Tout ça m’assassine de Dominic Champagne et le nouveau film de Hugo Latulippe,  République : un abécédaire populaire. Deux œuvres incontournables et nécessaires.

Je suis partie soufflée par un vent de changement. J’ai téléchargé le dernier album de Catherine Major avant de traverser un long désert. J’ai découvert l’oasis d’Ica au milieu d’un décor improbable qui me rappelait le Maroc. Le lendemain, ce petit paradis fut l’épicentre d’un tremblement de terre de 6.9 à l’échelle Richter. Heureusement, il n’y eut aucun mort : le seigneur des tremblements de terre a été un peu clément…cette fois-ci. Quand on vit sur une faille, on rebâtit souvent, seules les fondations incas tiennent le coup. 

À mon retour, j’apprends que les indignés devront lever le camp à Québec, que Pauline s’accroche, qu’on a un nouveau parti politique, que Guy Turcotte veut fonder une nouvelle famille et que le docteur Murray est reconnu coupable de l’homicide involontaire de Michael Jackson…

Au milieu de tout ce bruit, je n’entends que ces mots : le sol est instable. 
J’espère que les fondations commencent à bouger.

Voici Catherine Major qui chante le désert des solitudes. Une véritable oasis sonore.