C'est dans le Web

Les aventures de Miss Magoo

Il y a une discussion très populaire sur Twitter : les #Jeudiconfession. Il suffit d’écrire une petite confession en moins de 140 caractères. Je me suis dit qu’il serait bien d’avoir aussi des #Mercredidelagaffe pour raconter le meilleur de nos pires moments. 

Les jeunes de mon âge se rappellent sûrement de la bande dessinée Monsieur Magoo, un vieux monsieur à moitié aveugle et très maladroit qui se sortait miraculeusement de situations impossibles. Je me surnomme fièrement Miss Magoo en son honneur.

Commençons avec l’épisode le plus ridicule et le moins appétissant. Il faut excuser mon vocabulaire, mais il faut bien appeler un chat un chat et une machine à merde, une machine à marde!

À Annecy, en France, je louais un appartement équipé d’un broyeur de merde : cette machine étrange avait pour but de broyer les numéros 2 en substance plus liquide. Je ne suis pas très matinale, je mets généralement un peu de temps à me réveiller. Inévitablement, dans un demi-rêve, j’ai oublié les directives et jeté un tampon dans la toilette. Le broyeur de merde s’est mis à gémir, puis s’est arrêté, vaincu par le petit bout de coton.

Madame la propriétaire m’avait pourtant bien avertie, d’un air menaçant, de ne jamais, jamais, JAMAIS, jeter autre chose que du papier de toilettes. Craignant les représailles, j’ai tout de même tenté de réparer ma gaffe par moi-même. C’est là que commence la théorie du chaos. Moi avec un outil dans les mains devant cette machine étrange, sans instructions. ?Inutile de vous illustrer l’étendue de la merde dans laquelle je me suis mise… il y en avait même sur les murs! Après un nettoyage intensif,  je me suis résolue à appeler à l’aide.

Madame la propriétaire avait des allures de marâtre obsédée de propreté. De toute sa hauteur, elle s’adressait à moi, comme à une petite fille de six ans. Ouch! Elle va me traiter comme la dernière «sous-merde», je vais peut-être avoir droit à la première fessée de ma vie. Je ne pourrai même pas me plaindre à la DPJ et la préfecture risque de m’expulser parce que je suis une indécrottable étrangère en attente de carte de séjour. ?Madame la Propriétaire m’a grondé, mais n’a pas élevé le ton, la grosse facture de réparation pour un si petit tampon, a déjà fait assez mal.

Je vous reviens avec d’autres gaffes de Miss Magoo au cours des prochaines semaines.
N’hésitez pas à m’envoyer vos plus belles gaffes!