C'est dans le Web

Nostalgie d'une hôtesse de l'air

Je suis devenue agent de bord l’été de mes dix-huit ans. Mon premier vol était un YUL-CDG (Montréal-Paris) sur notre bon vieux Lockheed 1011.

Toute fière dans mon uniforme bleu et mes talons hauts, j’affichais un sourire Crest jusqu’à ce que je réalise que ma section était entièrement occupée par une équipe de soccer. Une belle bande d’ados affamés, assoiffés, effrontés et tous debout au milieu de l’allée!

« Excusez-moi, Pardon, Jeune homme, Excusez-moi, Pardon » ?
Trois heures plus tard… 
Et vlan!: Petit coup de coude subtil dans les côtes?.
Crounch: Pied écrasé avec mes talons ?
Toc: Coup de chariot dans un tibia ?
« Oups pardon! Oh désolée! Je vous ai fait mal? »

J’ai tout de même couru comme une poule sans tête toute la nuit et je suis arrivée à destination à moitié morte. Ah! Mais on oublie vite, quand on voit Paris pour la première fois à dix-huit ans.

Il faut aussi se rappeler qu’à l’époque, les compagnies aériennes se faisaient concurrence pour offrir le meilleur service en vol plutôt que de le réduire au minimum inacceptable.
« Mesdames et messieurs,  Ladies and gentlemen, voici les services offerts sur notre vol Montréal – Fort Lauderdale d’une durée de deux heures quarante sur la compagnie la plus «cheap» en ville. »

  • Un verre de vin mousseux et peut-être même deux!
  • Un repas chaud pas trop  »dégeu » accompagné d’un verre de bordeaux qui a gagné un prix un Turkménistan.
  • Un deuxième service de vin et de petits pains pour accompagner votre fromage
  • Deux cafés ou thés, avec de la vraie crème et du sucre raffiné!
  • Un service de digestifs: même si l’altitude double la quantité d’alcool dans votre sang, vous pouvez sûrement encore boire une p’tite crème de menthe!
  • La boutique Hors taxes pour votre réserve d’alcool et de cigarettes à destination
  • Des boissons sur demande jusqu’à l’atterrissage (très utile pour ceux qui veulent oublier qu’ils ont peur de l’avion!)

J’ai volé pendant six ans tout en complétant mes études universitaires. Depuis, je suis restée géographiquement instable. Ceci-dit, malgré tous les kilomètres accumulés, je ne suis toujours pas une experte en rangement rapide de valise. Je bloque encore sur deux items : les chaussures et les livres. Les petits talons hauts sexy ne rentrent pas dans la valise règlementaire : humm… est-ce que j’ajoute une valise pour un supplément de 20$?

Vous voulez voir un pro de la valise, en voici un vrai:

J’embarque pour un vol YUL-AMS-CDG ce soir, je serai à Paris pour le déjeuner demain. Comme un oiseau migrateur, je passerais bien le printemps à Paris, l’été et l’automne au Québec et l’hiver en Californie.

Je vous laisse sur une chanson de circonstance: Les hauts et les bas d’une hôtesse de l’air de Diane Dufresne, en direct du forum de Montréal en 1980.

http://www.youtube.com/watch?v=e7_U5_5sjkk&fs=1&hl=fr_FR&rel=0

Mise à jour nocturne : Amsterdam, 8h30 AM. Je dois avouer que le service en vol de KLM est impeccable, sans le mousseux et la crème de menthe! Je tente de profiter de la vue des beaux grands blonds qui défilent devant moi, sans m’endormir sur ma valise.