C'est dans le Web

Plus d’Italie dans ma vie

Vendredi dernier, j’avais un rendez-vous dans le quartier Rosemont. J’étais à l’avance alors j’ai cherché un café pour travailler une petite heure. J’ai roulé au moins dix minutes en direction est avant d’apercevoir le mot cappuccino sur une vitrine. Je stationne mon carrosse au milieu d’un lac de slush, je rentre dans le café désert et je commande un cappuccino servi presto par le barman au sourire en coin. 

Un jeune homme entre, je lève les yeux et les replonge vite dans mes colonnes de chiffres. Je l’entends demander au barman s’il peut lui faire crédit, puis il monte dramatiquement le ton en anglais en parlant de l’accident de Pacioretty. Le nombre de jurons qu’il prononce en une minute est impressionnant. J’approuve en silence.

Un vieux monsieur entre, me jette un coup d’oeil curieux et se met à parler aussi fort, mais en italien cette fois-ci. Je perds toute ma concentration, j’écoute sa musique. Il s’assoit à la table d’à côté avec le Journal de Montréal et un expresso. Pendant quelques minutes, on n’entend que le frigo trop bruyant et la voix lointaine d’une journaliste espagnole qui commente les images du séisme japonais à la télévision.

Un plus vieux monsieur au visage abîmé marche tout doucement vers le comptoir. Il me regarde calmement. J’ai envie de hausser les épaules pour lui dire : « Oui, je sais, je suis la curiosité de la journée! » Il ouvre la bouche et je reste bouche bée  : il a la voix éteinte du Parrain! Je ferme les yeux, j’entends Marlon Brando. Mon esprit erre sur des images de Brando plus jeune, ce regard immortel, gravé dans ma mémoire.

Je reviens à la réalité pour réaliser que l’heure est déjà passée. Au même moment, un Italien aux yeux bleus azur m’offre un biscotti. Non il ne me l’offre pas, il m’ordonne de le prendre! Inutile de rouspéter, je dis merci et je me trouve de l’appétit! Je passe au bar, je sors mon porte-monnaie. « Non mademoiselle, le café est pour nous. » Je dis encore merci un peu gênée. Je ne suis qu’une touriste égarée à Saint-Léonard et vous me gâtez. Merci très chers messieurs pour un peu d’Italie dans ma vie en ce jour de slush et de fin du monde japonais.

En l’honneur de mon petit voyage sur l’île, voici une vidéo italienne qui vous montre comment lire l’heure sur les couilles d’un mulet.

(merci à Simon Paquin via Facebook)

Pour continuer dans la catégorie animale, j’ai craqué pour ce chien qui se sent trop coupable. Pauvre pitou piteux!

Enfin, pour vous mettre dans l’ambiance du vendredi soir, écoutez Thom Yorke de Radio Head qui a fait le DJ au Low End Theory de Los Angeles. Yorke est un génie : il a le droit de faire suer tout le monde.  Je dis ça en défense de son légendaire caractère misanthrope.

(merci @patdion via Twitter)