C'est dans le Web

Un service d'escortes de Noël?

J’ai grandi dans une famille unie, sans drame, sans horreur, ni science fiction.  J’ai deux grands-mères adorables de 90 ans et un grand-père un peu moins adorable, qui vit maintenant dans un monde parallèle au CHSLD.

J’ai aussi un « Mononcle » que j’adore. Vraiment, je l’aime beaucoup!  Mais chaque année, lorsque je me pointe au souper de Noël sans amoureux (et c’est une tendance assez lourde), chaque année, je tremble devant la réaction de « Mononcle ».

Qu’est-ce qu’on peut dire à sa famille pour se défendre de ne pas avoir de chum? 
Il y a longtemps que j’ai épuisé les blagues du genre :

– J’ai du mal à en choisir un parmi mes amants!
– Il est avec sa femme.
– Je leur donne toujours congé pour Noël.
– La chasse n’a pas été très bonne cette année.

Je ne peux certainement pas leur raconter qu’il y en a bien un que j’aurais aimé leur présenter.  « Vous ne comprendrez pas, parce que moi non plus, je n’ai pas très bien compris. Mais vous l’auriez adoré! ».

Je me suis déjà demandé s’il existe des services d’escortes masculines offrant des soldes pour le temps des Fêtes.

« Bonjour, j’aimerais louer un « chum » pour le soir de Noël. Inutile de m’envoyer un danseur du 281, ma famille pourrait détecter l’arnaque. Il faudrait plutôt un type intello, cultivé, sportif… Oui c’est ça le modèle « premium » un peu trop en demande.  Ah! Et s’il sait aussi jouer de l’accordéon ou de la cuillère pour accompagner le band de la famille, je payerai un supplément. »

Coup donc! Quand est-ce que tu vas nous présenter un de tes chums?
– Bientôt Mononcle, bientôt… Passe-moi la bouteille de vin, s’il-te-plait!
– Non, je ne suis pas lesbienne. Je ne manquerai pas de t’avertir si je change d’orientation sexuelle.
– Non, je ne deviendrai pas une vieille fille,  il reste encore un peu d’espoir, enfin… je crois.
– Oui, c’est ça, je suis trop difficile. Inutile de faire une psychanalyse, tu as trouvé mon problème! Je cours demander au pharmacien de me prescrire une bonne dose d’ecstasy pour guérir ma maladie!
– Tu me repasses la bouteille de vin ?

Loin de moi l’idée de me plaindre la bedaine pleine de dinde. Il y a tellement de gens qui sont réellement seuls à Noël. D’autres qui visitent leurs familles à reculons. Si c’est votre cas, je vous invite à lire l’article, Noël sans chicane! pour mieux survivre à votre famille.

Moi j’ai la chance de prendre ma nièce sur mes genoux pour écouter le violon de notre grand-père. Mon cousin reprend les mêmes vieux « reels » sur lesquelles je dansais à trois ans. Une musique sacrée dans la famille.