Générale

Celui qui le dit c'est lui qui l'est

Les humoristes le savent bien: tout peut se dire mais ça dépend par qui. En regardant TLMP hier soir (je voulais mesurer la suffisance de Jean Charest), j’en ai eu la certitude encore une fois.

Que notre ami Ferland dise qu’il ait été secrètement amoureux de toutes les femmes avec qui il a travaillé, ça passe. Si Jean Charest le disait, ça ne passerait pas. Par contre, que notre ami Ferland se mette à « basher » Barbara devant Marie Carmen (et en prétendant connaître « la » femme), ça ne passe pas. Pas pour moi en tout cas. La résumer à une femme qui s’enfermait à la fin de sa vie et dont la poésie sombre lui arrache une grimace, ça la fout mal mon GeePee.

Tiens, un autre exemple d’affaire qui passe. Dans sa chronique d’hier, Stéphane Laporte m’a fait sourire en tentant de régler le problème d’image de Pauline avec nul autre que le père d’Elvis Gratton. Y’a juste Falardeau (alias Laporte) pour dire que Jean Charest ressemble à un commis de caisse pop et que Mario Dumont a l’air d’un pompiste chez Sergaz. Dans la bouche d’Amir Khadir, ça ne passerait pas.

Prenez Gregory Charles. C’est l’un des rares (avec Dany Laferrière) qui peut nous parler de la fierté de voir un Noir débarquer à la Maison Blanche et de ce que ça signifie que de se faire traiter de « boy » aux États-Unis. Il peut même imiter la GG et multiplier les qualificatifs, on le trouve toujours aussi charmant. Par contre, quand Gregory, animateur d’une émission avec les 7-12 ans à TVA qui attire 1,2 millions de téléspectateurs, lâche un « ça l’a » à TLMP devant à peu près le même nombre d’auditeurs, j’en perds mon français. Ça ne passe pas.

C’est Gilles Vigneault qui disait que la langue c’est l’ADN de la culture dans l’excellente entrevue qu’il accordait à mon ami Pierre dans l’avant-dernier Actualité (pas James Bond et la fin de l’homme rose, le précédent). Moi, je veux bien qu’on mélange tous nos ADN ensemble mais faudrait peut-être conserver deux ou trois règles de grammaire. Juste pour être certains qu’on parle la même langue. Tout peut se dire mais ça dépend comment.