Générale

Chutes de pâte (part two)

C’était chez Luck Mervil, l’autre soir. On mangeait du caribou dans le cadre de son émission Le 3950. Manger est un grand mot; je n’ai presque pas touché à mon assiette, incapable de faire deux choses en même temps. La conversation était souvent plus intéressante durant les pauses mais je peux me tromper. En voici un extrait.

En face de moi, l’Afro-Gaspésien, Boucar Diouf, humoriste, biologiste et océanographe (version « black » de Jean Lemire). Pour expliquer à quel point l’économie se porte mal mondialement, il lâche:

J’ai de plus en plus de membres de ma famille, au Sénégal, qui m’écrivent pour avoir de l’argent.

Ils ont appris que tu étais humoriste, voilà tout, lui réponds-je

Non, non, je leur cache. Mes parents ne savent pas que je suis humoriste. Ce n’est pas un métier honorable pour eux que je gagne ma vie à faire rire les Blancs.

Je me demande si ce sera un métier honorable pour Barack Obama de diriger les États-Unis? Let’s pray!