Générale

Délicieuses irrévérencieuses

Elles sont mères, elles auraient tout pour s’arracher les cheveux et pourtant elles me font sourire. Les (Z) imparfaites sont deux mamans bien de leur époque mais qui ont décidé de « slacker » la poulie. On peut comprendre, notamment pour Nancy qui en bichonne trois de cinq ans, des triplés. Lisez plutôt:

« Je suis une mère qui ne croyait plus en devenir une. Après trois ans de traitements de fertilité, la totale: des triplés! Conséquence: prématurité. Depuis, mon quotidien se conjugue avec dysphasie, dyspraxie, paralysie cérébrale, diplégie, trouble de l’acquisition de la coordination, quadriparésie spastique… Mais aussi avec chatouilles, fous rires, bonheur et expériences abracadabrantes! Plus imparfait que ça… »

Lorsque je m’arrache les premiers (menteuse!) cheveux blancs avec mon petit Taliban de service, je vais les lire, ça fait sortir le méchant. Et j’arrive à trouver amusante (saine? salutaire?) l’idée de retrouver mon B coincé entre le frigo et la laveuse, les deux mains dans le pot de miel, juste avant le souper: « Je lisais l’étiquette maman! » (Il ne sait pas encore lire mais il a l’imagination fertile). Quand je pense qu’on s’énerve avec les joueurs de hockey à l’école. On n’attire pas les mouches avec du vinaigre.

 

Ça, c’est pour le côté mère de famille.

Pour le côté entrepreneure générale, c’est ici que je vais rigoler, chez les DABA girls, sorte de Sexless in the City. DABA, c’est pour « Dating A Banker Anonymous ». Quand Carrie et ses petites amies se retrouvent au chômage avec des amoureux déchus, des FBF (Finance guy Boyfriend), voilà ce que ça donne. Elles sont hilarantes; le genre de filles qui utilisaient le four de la cuisinière comme « rack » à chaussures avant la récession. Heureusement pour nous, l’anonymat leur permet de tout dire, y compris ce qu’il faut taire. « To quote a friend’s recent observation on my situation: “Getting laid is awesome. Getting off is awesome. Getting laid off? Not so much. They should change the name and call it something else. Like maybe ‘punched in the genitals’… that would be a good name.” As upset as I was about getting laid off last week, I have to admit it led to some GOOD with my FBF. He abandoned his elusive routine to play the ‘knight in shining armor.’

 

Un autre extrait?

 

 

« Thanks to the recession, I now have a completely devoted BF, which is exactly what I wanted. So I should be happy, right? Wrong. I’m bored and can’t stop thinking about my perpetually unattainable Euro ex-boyfriend who is recession proof courtesy of an offshore trust account. To be honest, I’m only with my BF because I just don’t have the heart to change my facebook status from “in a relationship” to “I ain’t saying I’m a gold digger, but I ain’t messin’ with no broke banker.”

 

Désolée pour la traduction…

(merci à mon Bro)