Générale

Faire oeuvre utile

L’émission Contact d’hier soir était consacrée à mon ami Jacques Languirand. J’ai trouvé son témoignage sur l’enfance des plus poignants même s’il me l’avait déjà raconté. Le voir se déballer de façon aussi intime m’a émue. Heureusement, la pédopsychiatrie a fait des progrès depuis 70 ans et « communiquer » avec son enfant une fois par mois, à coups de règles sur les doigts, ça passerait mieux dans un remake d’Aurore l’enfant martyre que dans Cornemuse. On comprend mieux pourquoi Jacques est devenu un aussi grand communicateur.

Dolto et Cyrulnik ont depuis contribué à faire comprendre les enfants et leur besoin d’attachement. Jacques ayant perdu sa mère à deux ans et demi (et on lui a enlevé son chien le même jour), on peut certainement parler de résilience. Outre son goût du risque et son besoin de toujours se remettre en danger, j’apprécie sa sensibilité, son immense intelligence, sa répartie ironique et… ses sourcils qui aiment encore s’indigner.

D’un homme qui aura bientôt 77 ans, il est toujours étonnant de voir à quelle enseigne loge l’enfance. Elle est un moteur et une prison, parfois un tremplin quand on est chanceux.

« Une vie réussie, c’est beaucoup en fonction des autres, je veux dire d’avoir été utile », a dit Jacques à Stephan Bureau. J’adhère totalement.

Vous pouvez voir (ou enregistrer) l’émission à 14h aujourd’hui. Ou aller sur le site de Contact pour commander la retranscription écrite.