Générale

Flexitarienne

Je profite des lundis sans viande pour revenir sur le sujet, mais n’ayez crainte, je ne vous bassinerai pas chaque début de semaine avec ma diète. D’abord, en croisant le comédien Vincent Graton, ce matin, j’ai appris que j’étais flexitarienne, un terme horrible et qui me fait penser qu’on peut bien changer les mots sans rien changer du tout.

Flexitarienne, comme dans flexible. Je le suis, effectivement, je consomme parfois du poulet de la fermière chez qui j’achète mes oeufs. Mais depuis que « mes » garçons ont tenu les lapins de Wendy dans leurs bras, la semaine dernière, ils ne sont plus certains de vouloir en manger… autre sujet. Disons que plus on se rapproche des bêtes et moins on est flexible. Intéressant.

Donc, Vincent Graton publie un livre qui sera sur les tablettes des librairies vendredi: Végétarien, parfois, souvent, passionnément (éd.La Presse). Le chef Jerôme Ferrer (chef exécutif chez Europea) et la nutritionniste Isabelle Huot se sont joints à lui pour promouvoir 130 recettes à base de végétaux. Très hâte de me le procurer. Comme dit Vincent pour expliquer le flexitarisme: « le lobby est important, il faut être stratégique« . Il a raison. Je me remets au yoga.

À tous ceux qui m’ont demandé (nombreux) des recettes végé ces derniers temps, je conseille trois sites de foodies québécoises intéressantes:

D’abord Presque Végé, à 61% végétarienne, des recettes alléchantes et modernes comme sa polenta à la caponata sicilienne. Je vais essayer.

Ensuite, Penser avant d’ouvrir la bouche, une gastronome éthique. Ses recettes de raviolis du jour m’ont totalement séduite. Je me lance.

Aussi, si vous parlez anglais, « Foodies Emporium« , très joli site de foodie tant pour les découvertes que pour l’esthétisme. L’auteure m’a écrit sur Twitter qu’elle avait arrêté d’acheter de la viande récemment (mais pas encore le poisson, on reste flexible). Ça devrait se refléter dans ses choix de sujets.

Et, flexible comme vous l’êtes (yoga, yoga!), il n’est pas interdit de modifier vos recettes préférées, comme je l’ai fait en fin de semaine avec ce chili de Ricardo, auquel j’ai substitué du « sans viande » (un autre mot affreux). Un délice.

Nos amis les Français qui m’ont fait vraiment rire avec cet article dans l’Express et leur expérience de végétarisme à la mords-moi-le-noeud (oui, le camembert et la baguette font grossir!) devraient s’en inspirer.

ps: j’oubliais un autre blogue végé tenu par une Québécoise pour les carnivores purs et durs: Les carnivores infidèles. À s’y méprendre. Et le livre sera en librairie lundi prochain.