Générale

Flusher les héritiers

J’essaie d’avoir une conversation téléphonique avec Bibi, ma GO préférée, ma co-mère adoptive. À nous deux, je dis toujours que nous formons la mère parfaite: le fun, organisée, jamais prise au dépourvu, toujours d’attaque pour aller se taper le Chat Botté offert gratuitement par La Roulotte ou les costumes du moyen-âge au Musée de la Civilisation. À nous deux, nous déployons des réserves de Purrel et de patience, d’imagination et de projections dans le futur. En attendant que nos gars aillent prendre une bière ensemble (si je calcule bien, il nous reste une bonne douzaine d’années), nous les or-ga-ni-sons.

Bibi: On pourrait aller au musée, s’il pleut. Au musée du Québec, les ateliers de bricolage sont fantastiques. Sinon, on les emmène jouer au soccer sur les plaines d’Abraham. (En background: Woooooouuuuuuuiiiiiiinnnnnnnnn! Lâche çaaaaaaaaaa! Mamaaaaaaaaaan! Il veut pas……) Attends, je ferme la porte de la toilette.

Moi: On peut se rappeler, si tu veux?

Bibi: Non, non, les toilettes c’est par-fait.

Moi: Je sais pas comment tu fais avec trois. Moi, je pourrais pas. Tu viens danser ce soir?

Bibi: Avec trois, c’est juste le niveau de décibel qui est plus élevé. Non, j’irai pas danser, j’ai mal à la tête. Les enfants couchent sur le trempoline dans la cour avec leur père ce soir. Le pire qui peut leur arriver, c’est de se faire piquer par un maringouin. Moi, je suis déjà en pyjama. Je vais commencer la quatrième saison de Six feet under. Je capote sur Nat.

Moi: Lâche pas ma chérie. Étire Six Feet tant que tu peux. C’est encore mieux qu’un amant, crois-en une célibataire qui s’est tapée les cinq saisons en un an… Tout bénef, pas de trouble, pas de maladies transmises sexuellement ou mentalement, pas de contraception lourde. Nat te fera jamais chier. Mais sors des toilettes, pour l’amour!!!