Générale

Les mots bleus

Ce matin, j’ai reçu ce courriel qui m’a fait pleurer.

Bonjour Josée,

Vous vous rappelez, 19 mai 2007? Vous étiez au Château Taillefer-Lafon, avec nous, pour célébrer l’amour, la famille et l’amitié, ainsi que notre mariage avec la complicité et la sagesse du père Lacroix (merci pour les mots bleus!).

À la lecture de votre chronique de vendredi dernier, nous nous réjouissons de voir que vous vivez une histoire d’amour extraordinaire, une amitié sensuelle et sexy sans artifice mais avec tous les feux…

Attention, à partir de maintenant, l’intensité et l’authencité de votre histoire d’amour pourront être troublants pour certains de vos amis qui n’en espèrent pas moins dans leur vie amoureuse.

À vous et votre amoureux, nous souhaitons tout le bonheur du monde et à vos proches ou fidèles lecteurs, nous souhaitons que votre amour essaime vers tous ceux qui recherchent cette simplicité à deux si enivrante.

Toutes nos félicitations!

Normand Paris et Andrée Desrosiers

Je me suis revue, assistant à leur mariage, ne les connaissant pas, frappée par leur complicité toute simple, leur amitié qui durait depuis longtemps et leur amour depuis dix ans. J’étais spectatrice de leur bonheur. Je leur avais apporté la chanson « les mots bleus » pour les voir danser collés. Et je me disais bêtement que ce genre d’amour m’était complètement étranger. Je n’y aspirais même pas.

Ce matin, leurs souhaits de bonheur me va droit au palpitant. Et tout dans ce message, me rejoint. Même leur remarque sur les amis. Marier son meilleur ami fait parfois des jaloux. L’humain est une drôle de bestiole qui n’arrive pas toujours à se réjouir du bonheur de son prochain. Mais en général, comme en particulier, je dois dire que mes lecteurs m’ont comblée depuis vendredi et confirment ce que je sais depuis longtemps: les gens heureux n’ont pas d’histoire (seulement des anecdotes et des mots bleus).

ps: « Être romantique aujourd’hui, cela revient à cultiver sa virginité dans un bordel. » (Allan Bloom)