Générale

Mes affaires sont tes affaires

On se partage les enfants, certains vont même se partager le chat ou le chien, une semaine sur deux; on se partage aussi tout le reste, les hommes, les femmes, les idées et le sale temps. J’aime l’échangisme ou plutôt, ce qu’il est convenu d’appeler la consommation collaborative.

Et le phénomène prend de l’ampleur, crise économique aidant. Je vous incite à lire cet article qui ne s’adresse pas qu’aux communistes et aux hippies.

Tiens, en ouvrant au hasard (ça m’arrive souvent le jeu de hasard et ce n’est pas commandité par Loto-Québec) le livre « Planète Jetable » d’Annie Leonard qui vient de sortir (écosociété), l’auteure qui a passé plus de 20 ans à suivre les traces du trafic international des déchets pour Greenpeace (auteure de la vidéo The Story of Stuff, visionnée par 12 millions de personnes à ce jour) nous apprend, page 168, que:

« Les experts en biomimétisme ont identifié la liste suivante des principes majeurs selon lesquels la nature fonctionne. La nature:

  • fonctionne à la lumière du soleil et n’utilise que l’énergie nécessaire;
  • utilise une chimie basée sur l’eau;
  • adapte la forme à la fonction;
  • recycle tout;
  • récompense la coopération;
  • mise sur la diversité;
  • demande une expertise locale;
  • limite les excès de l’intérieur;
  • met à profit le pouvoir des limites.

Le biomimétisme adopte ces principes et recherche comment faire pour que les technologies, l’infrastructure et les produits respectent eux-mêmes ces principes. »

La journée sans achat me semble un excellent départ.