Générale

Non, je le veux

Je rentre d’un pays où les femmes sont mariées « arrangées », sans le gars des vues. Comme j’étais au Népal durant la saison des mariages, j’ai pu voir la tronche d’enterrement des mariés, une coutume dit-on, surtout pour la mariée qui doit quitter sa famille pour aller rejoindre celle de son nouvel époux qu’elle ne connaît pas.

Mais il y a pire (mais peut-être qu’au bout du compte, c’est pareil): la mariée kidnappée. Faut voir les reportages vidéos à la fin du texte du Globe and Mail. 55 d’entre elles l’an dernier en Russie, dans le Caucase. Si une jeune fille passe une nuit ailleurs que sous le toit de ses parents, elle est souillée à vie. D’où le « oui, je le veux ». Acte criminel ou romantique? Les traditions sont parfois bien cruelles. L’amour par choix est encore un luxe.