Générale

Réussir sa vie ou réussir dans la vie?

La série qu’a entrepris Le Devoir sur « Réussir sa vie » pose des questions fort pertinentes. Est-ce qu’un salaud peut avoir une vie réussie? Comment rater sa vie? Faut-il avoir un sens moral pour réussir sa vie? Le philosophe Comte-Sponville prétend que les salauds peuvent être heureux et que les vertueux peuvent être malheureux. Il a probablement raison. De même qu’on peut réussir professionnellement sa vie et la rater sur le plan personnel. Et sur ce point, 74% des femmes et 62% des hommes (qui ont répondu au sondage Léger Marketing-Le Devoir) estiment que c’est la vie familiale et amoureuse qui importe le plus dans une vie dite réussie.

Le plus inquiétant dans ce sondage? Le tiers des Québécois choisiraient l’exil s’ils le pouvaient (la moitié chez les jeunes de 18-24, mais ça c’est normal). Et ça voudrait faire un pays…

La série se poursuit jusqu’à samedi prochain. Et elle est l’occasion de faire un bilan personnel. Est-ce que j’ai réussi ma vie? Vers quoi je tends? En ce qui me concerne, je médite sur « tendre l’autre joue », image que je commence tout doucement à intégrer sans me prêter au masochisme et à la flagellation. Elle implique de rester dans sa voie, s’y tenir. Si j’avais un directeur de conscience (au fait, ils sont devenus quoi ces mentors? Des psys?), c’est là-dessus qu’il me ferait travailler. Au risque de paraître illuminée ou born again whatever, je tends aussi vers la lumière (et les confitures maison). Je n’en démordrai pas jusqu’à la fin.

Je lisais hier un entretien entre Arielle Dombasle et Boris Cyrulnik, deux résilients. Citant Sartre, la belle Arielle (55 ans), amoureuse de BHL depuis vingt ans (comme au premier jour), disait que « les salauds se contentent d’être eux-mêmes« , sous-entendant qu’il faut se dépasser pour réussir sa vie.

Je vous laisse sur une citation de Sartre moi aussi: “Dans la vie, on perd toujours, il n’y a que les salauds qui s’imaginent réussir”.