Générale

S'acharner

Ce ne sont probablement pas eux qui se réveilleront un matin en songeant au mot « palimpseste »(du grec ancien « gratté de nouveau ») et viendront l’écrire sur mon blogue. Mais on peut l’espérer. J’ai versé une ou deux larmes ce matin en lisant ce texte de ma collègue Louise Gendron dans le magazine L’actualité présentement en kiosque. J’étais émue par le courage de ces étudiants rejetés par notre système scolaire et par cette école privée de la dernière chance. Par les deux énergumènes qui tiennent tout ça en place. L’école, c’est difficile. Et quand tu traînes un handicap de plus, c’est l’enfer tous les jours de la semaine. Il faut quelqu’un pour croire en toi, t’encourager à persévérer. Tu comprends tout le sens du mot « acharnement ». Il faut y mettre le temps. Et toute son énergie. J’imagine que Martin Beaulieu et Denise Mayano, les deux piliers de cette école qui ne comprend qu’une salle de classe, ont trouvé leur vocation. Ce qu’il en faut de foi et de persévérance pour vouloir aider les autres, leur redonner confiance et l’estime de soi dont parle beaucoup cette dernière mouture de L’actualité qui est consacrée à un sondage Crop sur les valeurs des Québécois. J’ai regretté qu’on ne donne pas l’adresse ou le site Web de l’école Félix-Antoine dans la version papier. Je l’ai trouvée dans la version électronique. L’école a besoin d’aide sinon elle va fermer ses portes.