Générale

T'as de beaux restes, tu sais...

Pas de blague, j’ai jamais autant serré de mains en deux heures qu’hier au marché Bonsecours. Une véritable politicienne. Et mon lectorat est aussi féminin que masculin. J’ai même un lecteur du Tchad, établi ici depuis trois ans et qui estime que Joblo est unique au Québec et nécessaire à sa santé mentale. Ben cou’donc!

Ce journal leur tient à coeur, aux lecteurs, et pour cause. Il leur donne le recul nécessaire et ils en apprécient l’originalité et le débat d’idées qu’il provoque.

À lire le philosophe et historien Marcel Gauchet, aujourd’hui, on peut penser que Le Devoir a encore de beaux jours devant lui. Excellente entrevue de mon collègue Stéphane Baillargeon. Le Devoir est souvent qualifié de snob pour qui ne le lit pas et se plaît à colporter des clichés. Mais c’est tout de même le seul journal au Québec où vous trouverez une réflexion de cette qualité en plus que 140 caractères…