Prochain arrêt je débarque

Bienvenue en Absurdistan

La justice? Quelle justice? Ah oui, celle des Dieux.

20110630-113554-g

Amir arrêté à Québec, ça devait arriver. Bon, après ça on dira qu’un médecin ne peut pas faire face à la justice comme tout le monde! On l’a même menotté.

Turcotte remis en liberté (arrêtons de jouer sur les mots; on parle d’une libération conditionnelle avec couvre-feu temporaire et liberté totale ou presque dans six mois). Ça, ça m’empêche de dormir un peu plus. Pas parce que j’ai peur de me retrouver au cinéma assise à côté d’un fou (lequel, accessoirement a trucidé ses enfants). Je suis moi-même un peu folle. J’ai commencé à consulter des psys à l’âge de 23 ans… Et je me demande parfois pourquoi. Je suis toujours un peu folle. Turcotte a bien raison de fuir la psychiatrie, une science approximative et pas tout à fait exacte qui vous fait perdre un temps précieux.

Turcotte a refusé d’être traité à l’Institut Pinel et entreprendra une thérapie une fois remis en liberté?  Ah bon. Les psys de Pinel n’étaient pas assez compétents? Ils étaient gratuits en tout cas. Et ils auraient peut-être pu lui expliquer que le simple fait de penser à refonder une famille tenait du délire pur et simple. Vous aimeriez être l’enfant d’un père qui a déjà tué ses enfants? Moi, ça me ferait faire de l’angoisse. Mais je suis un peu folle, il est vrai. Isabelle Gaston, elle, ne l’est pas du tout. Je lui envie sa santé mentale. Vous pouvez l’entendre se raconter à Joselito Michaud ici.

Même si je comprends, comme l’a souligné Yves Boisvert, que le comité de « sages » qui lui redonne les clés de sa liberté n’est pas là pour réparer la loi (on parle de 2013-2014 pour la Cour d’appel), je le répète, le cas Turcotte est un message très très lourd pour les femmes. Combien hésiteront à fuir une relation toxique si elles ont des enfants? Combien préféreront se taire et endurer? Combien vivront dans l’angoisse de ne jamais revoir leurs enfants si elles refont leur vie avant « monsieur »? 

Hier soir, je me suis couchée en ayant l’impression de vivre en Absurdistan. Un jeune de 22 ans qui a fauché la vie d’une enfant avec son bolide échappe à la prison. Un médecin traité avec tous les égards (j’en connais un paquet qui se prennent pour Dieu, faut pas leur en vouloir s’ils sont convaincants) et qui fait appel aux services d’un brillant avocat, se balade dans les rues de Montréal trois ans (TROIS ANS!) après avoir assassiné ses enfants.

Mais on arrête Amir Khadir. Ça oui, vous faites bien. Je le connais, il pourrait avoir des accès de folie et vous réciter des poèmes perses par coeur.