Blogue La course et la vie

Haute résolution

Parfois, quand on court tout le temps, on se dit que courir, on n’a pas le temps.

Geneviève Lefebvre

Geneviève Lefebvre

Janvier. Le temps des résolutions.

Certes.

Sauf que pour bien agir, il faut avoir bien vu.

Bien vu la route.

Bien vu ceux qui nous entourent.

Bien vu les composantes de nos caractères, avec nos failles, nos forces, nos singularités.

Bien vu le travail accompli. Et celui qu’il y a encore à faire.

Parfois, quand on court tout le temps, on se dit que courir, on n’a pas le temps.

Alors, et on ne s’en rend pas compte sur le coup, notre vision se brouille et nos images perdent en définition, en saturation, en netteté.

Jusqu’au jour où on profite d’une échappée pour aller courir, et qu’à nouveau, le brouillard se dissipe, et les images retrouvent toute leur force, leur netteté, leur impact, incontournables.

C’est ça qu’il y a de maudit avec les images. Une fois qu’on a vu, impossible de faire semblant qu’on n’a pas vu.

Ça, oui.

Ça, non.

Ça, on verra.

Des résolutions prises dans le brouillard, c’est du temps perdu.

La seule résolution qui compte, c’est celle des images de nos vies. Combien de pixels dans nos images ?

Allons courir. On verra bien.

Et quand on aura bien vu, on agira.

Sur ce, je vous souhaite la plus belle, la plus heureuse, et la plus limpide année 2015 !