Club de lecture

Le pot au rose de Dominique Bertrand

Lisez un extrait de son premier roman.

pot au rose

En 2010, l’ex-mannequin internationale Dominique Bertrand publie son autobiographie aux Éditions de l’Homme. Démaquillée, qui se vend à 20 000 exemplaires. Ce livre intimiste raconte l’envers du décor de son parcours…

C’est avec Le pot au rose, lancé cette semaine, que Dominique Bertrand effectue son entrée dans la fiction. Nous vous présentons un court extrait :

« Malgré toutes mes précautions d’épouse attentive, tout portait à croire qu’une intruse avait fait son apparition dans notre maison. Depuis que j’avais découvert son satané tube de rouge à lèvres, elle réglait le temps, ponctuait les heures, les minutes et les se- condes, dirigeait tout sans même avoir besoin d’être présente. Ce qui prouve qu’une maîtresse n’a même pas à se glisser entre les draps de votre lit conjugal pour vous en imposer l’odieux partage avec elle. Il lui suffit de cesser d’être improbable pour devenir toute-puissante. La garce est alors comme un fantôme qui occupe les lieux, traverse les murs, vous tire du sommeil en sursaut la nuit, vous lais- sant la nuque moite et le cœur en cavale. Invisible, mais omniprésente. Inconnue, mais au fond affreusement fami- lière, puisqu’au cœur de tous les gestes de beauté quotidiens que vous posez dans l’espoir de la battre à plate couture au grand duel de l’amour.

(…)

Donc, en m’accrochant à l’idée que, quoiqu’il en fût en ce moment précis où Julien éprouvait tant de plaisir qu’il en oubliait même ma présence, je tenais là ma vengeance. Oui madame. Et quelle vengeance! Mon mari ne me faisait-il pas l’amour avec la même ferveur qu’il y a vingt-trois ans? Ne me démontrait-il pas là toute la pérennité de l’ardeur de ses sentiments? Ne me donnait-il pas ainsi toutes les raisons de croire que les années n’avaient en rien altéré la solidité de mon empire au sein de notre mariage? » (p. 75-76)

Les Éditions de l’Homme, 233 pages[adspot]