Les soeurs Andreas

« Les soeurs sont censées être proches, entretenir un lien très fort (...). Nous ne sommes pas comme cela. Et nous ne l’avons jamais été, peut-être parce que la rancune, et non l’amour, nous rapprochait les unes des autres. »

Cavan Images/Getty Images

Extrait
«Les soeurs sont censées être proches, entretenir un lien très fort (…). Nous ne sommes pas comme cela. Et nous ne l’avons jamais été, peut-être parce que la rancune, et non l’amour, nous rapprochait les unes des autres.»

Lire le premier chapitre de Les Soeurs Andreas

L’intrigue
Trois soeurs se retrouvent sous le même toit – celui de la maison familiale, dans une ville universitaire de l’Ohio. Rosalind, l’aînée, n’a jamais quitté le patelin natal où elle enseigne, s’occupe de ses parents et se mariera bientôt. Bianca, la belle croqueuse d’hommes, a décidé de fuir New York après y avoir longtemps papillonné. La cadette peace and love, Cordelia, vit sur la route, comme Jack Kerouac, sauf que lui n’est jamais tombé enceinte… Les prénoms ont été pigés dans l’oeuvre de Shakespeare, champ d’étude de leur père, un prof d’anglais qui cite le célèbre auteur à profusion. C’est par une phrase tirée de la pièce Titus Andronicus («Partons et allons prier tous les dieux pour notre bien-aimée mère en proie aux douleurs») que les filles, habituées à le décoder, apprennent que leur maman a le cancer.

Le thème
La famille, les liens du sang, l’enfance. «Je ne connais personne, homme ou femme, qui vit une relation absolument positive avec sa famille, explique l’au­teure. Je crois que c’est impossible d’avoir une telle proximité avec des gens sans qu’il y ait des moments où ils vous rendent complètement fou.»

L’inspiration

Sa vie. Cadette d’une famille de trois filles, Eleanor Brown a été élevée dans une maison où la lecture était reine. «Mes parents m’accordaient une demi-heure de télévision par semaine. À l’époque, je rechignais, mais aujourd’hui je leur en suis très reconnaissante.» Et, comme dans le roman, sa mère a eu un cancer du sein et a survécu.

Points forts
Originalité dans le concept?: l’histoire est racontée à la première personne du pluriel, un «nous» qui parle au nom des trois soeurs. Personnages bien dessinés. Chick lit de qualité supérieure.

Bio express
Née à Washington. Après des études en psychologie, c’est la bougeotte?: du Minnesota à la Californie, de la Floride à l’Angleterre. Avant Les sœurs Andreas, son premier roman remarqué par la critique et plébiscité par le public, elle a signé des nouvelles et des essais dans diverses revues spécialisées. Vit présentement à Denver (Colorado).


 

Les soeurs Andreas
Par Eleanor Brown
Marabout, 456 pages

Texte par Jean-Yves Girard

Pour vous inscrire au Club de lecture et partager vos découvertes littéraires, commenter les suggestions de Châtelaine, assister à des événements privés et participer à des concours exclusifs, allez sur chatelaine.com/inscriptionlecture.

 

DÉPOSÉ SOUS: