Le chardonneret, de Donna Tartt

Si vous avez le temps de ne lire qu’un gros livre cette année, celui-ci est pour vous, puisqu’il vaut à lui seul quatre très bons romans.

 

1459908-gf

L’amorce

C’est le livre le plus attendu de l’hiver. Vingt-deux ans après son entrée fracassante sur la scène littéraire internationale avec son roman-culte Le maître des illusions, Donna Tartt signe avec Le chardonneret une grande fresque moderne où l’acuité de son regard nous éblouit.

L’histoire

Théo, 13 ans, survit miraculeusement à une explosion terroriste dans un musée réputé de New York où sa mère a trouvé la mort. Devenu orphelin, afin d’échapper aux services sociaux, il se réfugie chez les parents d’un ami. Tout ce qui lui reste de sa maman, c’est une (minuscule) toile de maître qui va l’entraîner dans les mondes souterrains et mystérieux de l’art. Au fil des pages, on découvre comment son traumatisme et ce tableau qui le fascine l’amèneront à ressentir une (certaine) paix intérieure.

Les thèmes

L’errance. Le rapport au destin. La culpabilité du survivant. L’impact des responsabilités imposées aussi, et celui des gestes que l’on fait.

Les points forts

C’est un livre qui va au fond des choses sans s’étirer en longueur. Comme l’écriture (et la traduction) est d’une fluidité remarquable, elle donne l’envie de tourner les pages à vive allure. L’intrigue est superbe et le personnage principal est si brillamment décrit qu’il est difficile de le quitter… L’auteure sait se mettre dans la peau de cet adolescent.

Lisez un extrait du livre Le chardonneret.

 

Donna Tartt by Beowulf Sheehan

L’auteure

Donna Tartt Originaire du Mississippi, elle a 49 ans et habite New York. Sa première œuvre, Le maître des illusions, s’est vendue à 5 millions d’exemplaires. Elle raconte l’histoire d’un jeune Californien qui, après son arrivée dans une petite université du Vermont, s’intègre à un groupe d’étudiants bobos, complices d’un meurtre sauvage et gratuit. Le livre s’est attiré des critiques élogieuses à sa sortie, en 1992. Un brin misanthrope, Donna Tartt a un teint de porcelaine et des yeux vert pistache, et elle n’a ni enfant ni mari.

Elle a écrit Le chardonneret sur une période de 10 ans, surtout le matin, avec des stylos à bille et de grands cahiers à spirale, à la New York Public Library, à l’angle de la 5e Avenue et de la 42e Rue. Le New York Times vient d’ailleurs de classer Le chardonneret en troisième place sur sa liste des 10 meilleurs livres de l’année 2013. « À l’image de l’œuvre de Dickens, écrit le quotidien, le troisième roman de Donna Tartt est riche en rebondissements et en personnages plus grands que nature. Il montre aussi très bien que, advienne que pourra, l’art saura toujours nous élever au-dessus de nous-mêmes. »

Lisez un extrait du livre Le chardonneret. 

Publié chez Plon, coll. « Feux croisés » (786 pages)

continuer la lecture
Publicité

 

Impossible d'ajouter des commentaires.