Livre du mois

Personne n'en saura rien, de Sylvie Granotier

Des adolescentes qui disparaissent. Le procès d'un homme accusé du viol d'une mineure. Sylvie Granotier signe un thriller original et dérangeant.

personnenensaurarien-couv

 

Découvrez les premières pages du livre

L’histoire

Le roman commence dans l’horreur de ce jour d’été 2005 où Mélusine, 15 ans, croise à vélo une camionnette blanche conduite par un homme à la « silhouette grotesque ». Comme elle, d’autres jeunes filles ne se remettront jamais de ce type de rencontre. À part une certaine Isabelle…

Les personnages

Jean Chardin, l’accusé.L’auteure le dépeint d’un trait quasi cinématographique : « Ses épaules seraient puissantes si elles n’étaient pas enchâssées dans une enveloppe flasque qui entrave ses articulations, son ventre ondule en bouées successives. Un colosse mou. » Jean Chardin est-il le monstre qu’on le soupçonne d’être ?

Isabelle Delcourt, la victime

Ce qui lui est arrivé trois ans plus tôt est dramatique. Pourtant, face au témoignage de son violeur, Isabelle affiche un stoïcisme étonnant. Elle a un plan. Et un secret.

On l’a aimé

Pour la psychologie des personnages principaux, bien développée. Pour la construction du récit, non linéaire. Pour la qualité de l’écriture, remarquable dans un genre – le thriller – où suspense et hémoglobine priment souvent le style.

Albin Michel, 256 pages

 

L’auteure

sylviegranotier

Mannequin dans sa jeunesse, actrice de télé et de cinéma abonnée aux rôles secondaires (de Viens chez moi, j’habite chez une copine, avec Michel Blanc, en 1981, à Ne te retourne pas, avec Monica Bellucci, en 2009). Et auteure, notamment de livres pour enfants. Un premier roman, Courrier posthume, en 1990, suivi de 15 autres, des policiers surtout, aux titres dans le ton : Sueurs chaudes, Belle à tuer, Tuer n’est pas jouer. À propos de Personne n’en saura rien, le quotidien Le Monde parle d’« un suspense psychologique d’une redoutable efficacité, qui traite de manipulation, de domination et de soumission ». Quant à la romancière, elle y va de l’indice suivant : « Je peux le dire, parce que ce n’est pas un secret dans le livre : on va finir par comprendre que les deux mentent. L’accusé et la victime font le même mensonge. »

Les critiques

1 – Stéfannie Larichelière

stehannielaricheliere

Mon résumé en une phrase: Ce polar sombre retrace les faits et gestes abjects d’un homme et la fatalité de ses victimes sauf pour l’une d’entre elles…

Je connaissais l’auteure, mais n’avais jamais lu de ses romans.

Ce que j’ai aimé: Tous les éléments sont réunis pour offrir un bon suspense: la dichotomie des faits qui révèlent la nature profonde et sinistre d’un prédateur sexuel, les passages obligés sur le contenu juridique, des flash-back et, enfin, la vendetta d’une des survivantes. On aime.

Ce que j’ai moins aimé: Au fil de ma lecture, je me suis sentie parfois perdue dans le labyrinthe judiciaire et dans la chronologie des évènements. Mais bon, rien pour briser le rythme de ma lecture!

Autres commentaires: Comme dans le jeu cruel du chat et de la souris, nous tournons les pages, avides de découvrir la suite des évènements qui montent en crescendo.

Ma note sur 10: 8

 

2- Émilie Côté

emiliecoteMon résumé en une phrase: Nous suivons Jean Chardin à travers sa jeunesse, son parcours de tueur en série et son procès pour le viol d’une adolescente et, en parallèle, le parcours de sa victime, Isabelle, ainsi que le chemin qui la mène jusqu’au procès de son agresseur.

Je ne connaissais pas l’auteure.

Ce que j’ai aimé: L’humanité que l’auteure a insufflée à son personnage principal, Jean Chardin. Malgré l’horreur de ses actes, on arrive à le voir tel qu’il est avec toutes ses failles et même parfois à en oublier qu’il s’agit d’un tueur pour le plaindre de sa vie.

Ce que j’ai moins aimé: Le rapport de force entre les personnages est annoncé mais jamais livré. Le style d’écriture est très linéaire et le suspense est complètement absent, les rebondissements ne viennent jamais.

Autres commentaires: Je pense qu’à la base l’idée était bonne et le résumé au verso du livre («… explore avec une subtilité dérangeante les rapports de domination et de soumission») me donnait vraiment envie de me plonger dans cette histoire. Le mot-clé de cette phrase était «subtilité», tellement subtile dans le roman que le nœud de l’histoire est inexistant. Nous avons l’impression que l’auteure avait plusieurs bonnes idées en commençant l’écriture mais qu’elle n’a pas su trouver le fil conducteur pour les lier. En terminant le livre, on a vraiment l’impression que, comme lecteur, on ne nous mène nulle part.

Ma note sur 10: 3

 

3- Philippe Garon

philippegaronJe ne connaissais pas l’auteure.

Ce que j’ai aimé: Au départ, ça ne me tentait pas de lire ce livre-là. Le sujet Allô-Police, le ton franco-français, l’approche tarabiscotée de l’auteure. J’avançais de reculons dans les pages avec une négligence à tendance bien-pensante. Mais à un moment donné, ça a reviré de bord. Ces ambiguïtés efficaces. Ce style syncopé. Cette assurance dans l’évocation des arabesques de la pensée des personnages. Cette habileté dans le mélange des parties du récit. Des forces marginales chez une auteure. Suggérer plutôt que démontrer. Jusqu’au dénouement. Je ne ferai pas semblant d’avoir tout compris pour avoir l’air intelligent. Mais ce que je trouve remarquable, c’est la singularité de l’approche de Granotier. Et moi, c’est peut-être ça que je respecte le plus chez quelqu’un qui travaille dans l’écrit.

Ma note sur 10: 7

 

4- France Giguère

francegiguereMon résumé en une phrase: Le procès d’un violeur tueur en série et sa mystérieuse dernière victime sauvée in extremis.

Je ne connaissais pas l’auteure.

Ce que j’ai aimé: Les chapitres se succèdent en alternant le procès et les évènements passés vécus par le violeur et la victime, ce qui donne un certain rythme au livre.

Ce que j’ai moins aimé: Le ton franchouillard qui m’a énormément agacée. L’intrigue et le dénouement tellement peu crédibles, qu’on devine avant la fin du livre!

Autres commentaires: Je dois avouer que ce n’est pas mon genre de livre. J’imagine que certains lecteurs, peu difficiles ou amateurs du genre, y trouveront leur compte pour une lecture d’été, car le bouquin se lit vite et bien.

Ma note sur 10: 4

 

5- Isabelle Goupil-Sormany

isabellegoupilsormanyMon résumé du livre en une phrase: Une adolescente survit à un meurtrier en série et prépare peu à peu sa vengeance.

Je ne connaissais pas l’auteure.

Ce que j’ai aimé du livre: Les chassés-croisés, les allers-retours dans le temps et la façon dont l’auteure tisse peu à peu l’histoire qui lie l’adolescente et son bourreau sont très intéressants et dynamiques. L’écriture est fluide et facile à lire. Le propos, bien que sordide, reste d’actualité.

Ce que j’ai moins aimé: Certains moments descriptifs apparaissent saccadés dans le temps, comme s’il manquait une idée, une réflexion ou une action pour lier les paragraphes les uns aux autres, surtout vers la fin. Comment l’adolescente réussit à faire des liens entre les différentes victimes de son bourreau reste selon moi peu crédible et facile. Il y a, de mon point de vue, un abus de l’ellipse dans la trame narrative du roman.

Autres commentaires: Le bourreau, violeur et meurtrier en série, est dépeint comme étant d’une laideur innommable (même ses cheveux sont graisseux et mal entretenus). Le peu que nous montre l’auteure sur ses motivations lève le cœur. Le caractère sordide du personnage aurait pu ne pas être évoqué et je crois que j’aurais davantage apprécié le roman.

Personnellement, je n’aime pas beaucoup les descriptions détaillées de crimes dans les romans et je me refuse souvent à en être témoin, aussi fictifs peuvent-ils être. J’ai failli perdre le livre à dessein pour ne pas avoir à y être davantage exposée ! Pourtant, les scènes de crime ne s’étirent pas en longueur. J’en conclus que je suis mauvais public pour ce genre de roman!

Ma note sur 10: 8

 

6- Marielle Gamache

mariellegamacheMon résumé en une phrase: Un colosse immature assouvit ses instincts en agressant de jeunes adolescentes.

Je ne connaissais pas l’auteure.

Ce que j’ai aimé: Le dernier tiers du roman, la fin percutante.

Ce que j’ai moins aimé: Le sujet, la construction du récit ; le mince fil conducteur entres les personnages; les nombreux retours dans le temps rendent l’approche difficile, complexe.

Autres commentaires: Le roman en soi est bon, le suspense est là. Personnellement, le sujet déjà largement médiatisé m’a rebutée au départ. Heureusement, le dénouement bien tissé relevant de la pure fiction a réussi à me réconcilier avec le roman.

Ma note sur 10: 7

 

7- Yannick Ollassa

yannickollassa

Mon résumé en une phrase : Je n’aime pas résumer un suspense en une ou deux phrases, j’ai l’impression qu’on en dit toujours trop.

Je ne connaissais pas l’auteure de ce roman.

Ce que j’ai aimé: La narration change de style selon le personnage qu’elle suit. Cela différencie chacun d’eux. L’écriture quasi chirurgicale sied bien à l’angle choisi pour traiter le sujet.

Ce que j’ai moins aimé: Au risque de dévoiler l’intrigue, je ne peux révéler ce qui m’a semblé un tantinet poussé. Dans l’ensemble, rien ne m’a dérangée. Toutefois, je trouve que le résumé en quatrième de couverture en dévoile un peu trop.

Autres commentaires: L’intrigue est construite de manière à entretenir un certain degré de confusion chez le lecteur quant à ce qui s’est réellement passé. Je ne veux pas dire par cela que l’écriture est mauvaise, pas du tout, mais plutôt que l’auteure réussit à nous maintenir dans le doute du début à la fin. Le sujet est certes dérangeant. C’est une lecture idéale pour ceux qui aiment le sombre, le pathologique. Comme ancienne sexologue, j’ai beaucoup aimé. Le profil psychologique de Jean Chardin est juste.

Ma note sur 10: 9

 

8- Julie Gagnon

juliegagnonMon résumé en une phrase: Jean Chardin est jugé pour agressions sexuelles sur des mineures et la Cour tente de remonter aux origines de cette délinquance.

Je ne connaissais pas l’auteure.

Ce que j’ai aimé: La construction du roman. Les chapitres courts qui alternent entre l’analyse psychologique de l’agresseur, son quotidien et les scènes de crime nous amènent tranquillement à nous forger une idée du bonhomme. Même si le roman concerne une victime en particulier, j’ai apprécié que l’auteure nous présente les autres jeunes filles en détail. Cet aspect du roman vient contrecarrer notre envie de prendre l’agresseur en pitié, lui aussi victime d’une certaine façon. Une histoire complexe!

Ce que j’ai moins aimé: Les sous-entendus dans les derniers chapitres entre une des victimes et son beau-père et entre cette victime et son agresseur…

Autres commentaires: Ce n’est pas le genre de suspense qui me tient sur le bout de ma chaise, mais l’envie de tourner les pages était très présente!

Ma note sur 10: 8

 

9- Stéphanie Vincent

stephanievincent

Mon résumé en une phrase: Jean Chardin, accusé de viol sur mineure, est confronté pendant son procès à sa dernière victime, une jeune femme qui semble en savoir beaucoup plus long sur lui qu’elle ne le devrait.

Je ne connaissais pas l’auteure.

Ce que j’ai aimé: La structure du roman, qui donne du rythme à l’ensemble. Le début de l’intrigue.

Ce que j’ai moins aimé: Les personnages caricaturaux. Le dénouement qui est loin de la finale grandiose qu’on nous fait miroiter. Les expressions un peu trop franchouillardes à mon goût.

Autres commentaires: Le suspense qui se met en place dès le début du roman finit par se noyer dans un dénouement qui tombe à plat et qui n’est pas à la hauteur des attentes. Malgré le rythme et les changements de perspective apportés par la construction, les personnages et leur façon de parler empêchent d’apprécier l’histoire. Ce n’est malheureusement pas un livre qui va me réconcilier avec le genre thriller.

Ma note sur 10: 4

 

10- Gabrielle Paquette

gabriellepaquette

Mon résumé en une phrase: Isabelle, survivante d’une agression, tente de faire éclater la vérité sur les actes d’un assassin, prédateur de jeunes femmes.

Je ne connaissais pas l’auteure, pourtant prolifique.

Ce que j’ai aimé : Le rythme et la structure du récit.

Ce que j’ai moins aimé: Tout le reste.

Autres commentaires: J’aime les polars, les enquêtes policières, les histoires sordides. Cependant le livre de Sylvie Granotier ne m’a pas touchée, ni tenue en haleine. L’histoire est somme toute peu originale, les personnages stéréotypés et antipathiques, et j’ai eu du mal à saisir les intentions du personnage d’Isabelle et le dénouement de l’histoire. Bref, un livre qui ne m’a pas marquée.

Ma note sur 10: 5