Club de lecture

Ma vie en 5 livres : Anne-Marie Cadieux

Cinq romans qui ont touché les cordes sensibles d'une passionnée.

Photo par Julie Perreault

Photo par Julie Perreault

Elle est capable de tout jouer, de Miss Météo à Molly Bloom (la pièce du même nom sera présentée en mai à l’Espace Go). En nous donnant ces cinq titres, cette passionnée de la vie a découvert qu’ils avaient tous en commun l’amour…

vie-5-livre-1L’Amant (1984)

J’aime Marguerite Duras. J’y reviens toujours et j’y retournerai souvent. Pour l’atmosphère envoûtante de ses bouquins d’abord, puis pour le mystère de son écriture tout simplement sublime. Sur ce plan, L’amant, cette histoire de jeune fille qui offre sa virginité à un homme riche et plus âgé sur fond d’Indochine française, reste sûrement son livre le plus accessible. J’avais 20 ans lorsque je l’ai lu pour la première fois et je me rappelle avoir beaucoup pleuré à la fin, lorsqu’on découvre que, bien des années plus tard, l’amant l’aime encore.

 

vie-5-livre-2

L’Amour aux temps du choléra (1985)

Je l’ai lu peu de temps après ma rencontre avec L’amant, dans les années 1980. C’est une (autre) histoire d’amour impossible entre un pauvre poète et une femme magnifique qui finira par épouser un riche médecin. Ce qui n’empêchera pas le premier de continuer à l’attendre sa vie entière. Je me souviens d’avoir dévoré ce livre de Gabriel Garcia Marquez, à l’ambiance exotique et surannée et où le choléra est une métaphore de la maladie d’aimer. Un début peut-être un peu lent, mais une fin si forte qu’il vaut la peine de tenir bon.

 

vie-5-livre-3Madame Bovary (1857)

J’ai lu Madame Bovary trois fois à des âges différents. C’est le récit fascinant de la descente aux enfers d’une femme qui se meurt d’ennui. Et on la comprend très bien de vouloir fuir son mari sans envergure et ses amants qui la méprisent. Emma Bovary, de par sa vision quelque peu chimérique de la vie, est un personnage complexe. Et que dire de cette scène où elle s’empoisonne, qui s’étale sur de longues pages… sinon que Gustave Flaubert, par l’acuité de son écriture, a le talent de nous faire passer par toute la gamme des émotions.

 

vie-5-livre-4Parlez-moi d’amour (1981)

J’ai tout lu de Raymond Carver. Son style est si épuré que certains le surnomment le Tchekhov américain. Ses nouvelles dépeignent l’Amérique profonde à travers l’existence de personnages cabossés par la vie, qui en arrachent avec les problèmes du quotidien : pauvreté, alcoolisme, rêves brisés… Je comprends pourquoi un grand réalisateur comme Robert Altman a voulu l’adapter au cinéma (Short Cuts, 1993), ne serait-ce que pour la manière profondément humaniste dont Carver raconte la détresse des gens ordinaires.

 

vie-5-livre-5Trois femmes puissantes (2009)

Ce roman à l’écriture magistrale de Marie NDiaye trace le portrait de trois femmes au cœur de situations complexes. La première laisse la vie parisienne pour vivre des retrouvailles difficiles avec son père, en Afrique. La seconde quitte le Sénégal pour suivre son mari en France, où elle se morfondra. La troisième s’enlise dans l’enfer de la clandestinité en cherchant à fuir la pauvreté du continent africain. La force de ces trois femmes qui savent conserver leur dignité malgré les épreuves est illustrée avec une subtilité inouïe.