Nos suggestions

Deux garçons à la mère, de Guylaine Guay

La comédienne parle avec tendresse de son lien avec ses deux fils autistes.

Crédit : Sarah Scott

Crédit : Sarah Scott / Libre Expression

« Je n’ai jamais voulu d’enfant. » C’est par cette phrase-choc que Guylaine Guay commence son récit. C’est raide, mais avec elle, c’est comme ça. Une franchise, une authenticité et une générosité peu communes traversent le livre. Et l’autodérision aussi – parce qu’il faut en faire preuve pour vivre avec deux enfants autistes.

La comédienne et chroniqueuse télé raconte sa joie puis son désarroi à l’arrivée de ses rejetons. Après deux dépressions post-partum, elle quitte son conjoint puis, quelques mois plus tard, réemménage avec lui en colocation. Pendant une année, elle enchaîne les voyages à l’étranger « pour oublier que, à quatre ans, mon Clovis n’était toujours pas propre, que mon Léo était victime de constantes moqueries à l’école, que j’habitais avec mon ex beige parce que je ne me sentais pas apte à m’occuper de mes enfants ».

Elle le confesse, il lui a fallu un peu plus de temps que la moyenne « pour ouvrir l’écoutille de mon amour profond ». Le handicap de ses enfants lui révèle une vie insoupçonnée, pas toujours facile, mais pas désespérante non plus. « J’observe Léo et Clovis, et je remarque qu’ils sont très doués pour le bonheur. Je deviens par le fait même douée pour le bonheur, moi aussi. »

Bien sûr, elle s’inquiète pour l’avenir de ses fils, qui ont aujourd’hui 11 et 13 ans. Que leur arrivera-t-il quand ils seront adultes ? « Je passerai ma vie à marcher à leurs côtés sur le chemin de l’autonomie. Mais après, qui prendra le relais ? » Guylaine n’a pas dit son dernier mot.

Par Guylaine Guay, Libre Expression, 24,95 $