Entrevues

Rencontre avec Katherine Pancol

Les yeux verts d'une grande romancière.

katherinepancol-intro

Katherine Pancol (Photo : Eric Robert/ VIP production/ Corbis)

Jadmirais Katherine Pancol avant même de lire Les hommes cruels ne courent pas les rues, premier roman de cette auteure française, que j’ai dévoré. J’avais 25 ans et je commençais à écrire. Tout chez elle m’inspirait – et m’inspire encore. Cette excellente journaliste et grande reporter est devenue auteure de romans vendus à des centaines de milliers d’exemplaires – aujourd’hui des millions –, avec toute l’indépendance et le quotidien de rêve que cela laisse supposer. Deux enfants magnifiques, un garçon et une fille, une vie entre Paris et New York. En plus, je la trouvais si belle avec son sourire contagieux, son style français impeccable, sa coupe blonde au carré et ses yeux verts… Or un jour, les fées se sont penchées sur mon cas et l’ont mise sur mon chemin grâce à une amie commune. C’était il y a 15 ans.

katherinepancol-yeuxjaunesroman

On a mangé ensemble à Saint-Lambert. Parlé de tout et de rien. Une copine parmi les copines. Et j’ai découvert ce soir-là une femme généreuse, sympathique, terre à terre. À mille lieues des clichés que génèrent le succès et la célébrité. Pas étonnant que ses lecteurs l’aiment autant. Invitée d’honneur du Salon du livre de Montréal, elle y viendra à la fin de novembre, ce qui coïncide avec la date de sortie au Québec du film tiré de son roman Les yeux jaunes des crocodiles. Elle a accepté de répondre à mes questions, en concluant ses courriels par des « Merciiii » ou des « Avec un grand sourire ! ». Merciiii à vous, grande dame au grand sourire.

katherinepancol-yeuxjaunesfilm

Quelles sont les écrivaines qui vous inspirent ? Colette, Flannery O’Connor, Carson McCullers et Jane Austen.

Quels sont vos personnages historiques féminins préférés ? La femme de Christophe Colomb, la femme de Jacques Cartier, la femme de… Parce qu’elles ont dû supporter leur héros de mari, s’occuper de tout à la maison sans jamais être honorées ou remerciées.

Quel est votre vin favori ? Votre apéro ou cocktail fétiche ? Bordeaux ou bourgogne à la folie. Ou du champagne Ruinart Blanc de Blancs pour commencer une -soirée.

Avez-vous un look signature ? Féminin sportif. Mélanger de l’homme et de la femme. Du luxe et du Monoprix.

Qu’est-ce qui vous donne envie d’écrire ? Tout.

Quel parfum portez-vous ? Santal majuscule, de Serge Lutens.

katherinepancol-parfum

Quel est votre parfum naturel de prédilection ? L’odeur d’encens du bois qui fume.

Si vous êtes seule à la maison pour le déjeuner ou le dîner, que préparez-vous pour vous faire plaisir ? Une boîte de sardines La belle-iloise, les meilleures au monde !

Si vous êtes bloquée devant une page blanche, vous faites quoi ? Je pars courir ou marcher quand je suis à Paris.

Quelles sont, selon vous, les vacances idéales ? Ne rien faire. Couper le téléphone. Ne pas répondre aux mails. Un hamac, un bon livre et youpiii !

Si vous renversez quelque chose sur vos vêtements, vous faites quoi ? Je me dis : « Tant pis, il y a pire » et je frotte comme une malade pour rattraper la tache !

Si vous pouviez déménager dans n’importe quelle ville, ce serait où ? Buenos Aires, en Argentine.

katherinepancol-buenosaires

Buenos Aires (Photo : Istock by Getty)

Dans la vie de tous les jours, êtes-vous plutôt talons aiguilles, plateformes, Converse ou Birkenstock ? Converse !

Êtes vous féministe ? Je suis féministe. Je défends la femme, je veux qu’on la respecte, mais je n’agresse pas l’homme. Chacun doit trouver sa place dans la société et être traité d’égal à égal.

Quels sont les plus grands défis économiques, sociaux, politiques que doivent relever les femmes d’aujourd’hui ? Être indépendantes financièrement. Se faire une place dans la société. Se faire respecter sans violence. S’imposer avec fermeté et sourires.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus ou le moins dans votre travail ? J’aime tout : l’angoisse, l’effort, l’endurance, le plaisir, l’extase quand on trouve le mot juste à la juste place.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans la maternité ? J’ai deux enfants et je les aime à la folie. J’ai tout fait pour qu’ils soient libres, indépendants, avec une colonne vertébrale. Je les prends comme ils sont parce que ce sont des personnes et non des projections de moi.

Vous lisez quoi surtout ? Je lis tout le temps : des romans, des essais, des biographies.

Que pensez-vous des remplisseurs, lisseurs, injections de Botox et autres interventions esthétiques ? Je lis tous les articles à ce sujet, mais je suis morte de peur à l’idée d’essayer. Je me dis qu’on va bien trouver un jour une potion magique. Je l’avalerai et j’aurai de nouveau 30 ans.

Avez-vous déjà fait un faux pas vestimentaire ?Un jour, un amoureux m’a offert une robe si décolletée dans le dos que je marchais à reculons, terrorisée que j’étais à l’idée de montrer mon dos nu jusqu’à la raie des fesses. Et c’était au Festival de Cannes, il fallait monter les marches !

Quel personnage de film ou de télé aimeriez-vous être ? Je trouve déjà difficile d’arriver à être soi, alors devenir quelqu’un d’autre ! Non, merci.