Cuisine

Génies en herbe

Du jardin à la cuisine, le romarin et le laurier offrent leurs parfums incomparables. Apprenez à choisir, transplanter, cultiver et soigner ces deux herbes aux arômes enivrants.

laurier Culture
Choisissez de jeunes plants vigoureux et d’assez bonne taille. Plantez-les dans des pots pas trop grands et comblez avec une terre riche. Placez dans un endroit très ensoleillé et arrosez régulièrement. Vos plants de romarin et de laurier pourront passer tout l’été au balcon ou sur la terrasse. À l’automne, installez-les sur le rebord d’une fenêtre, idéalement exposée au sud, mais toujours dans leur pot, car des transplantations successives pourraient les affaiblir.

romarin Le romarin
Le romarin adulte fleurit en été et nous offre aussi une nouvelle floraison l’hiver. En cuisine, il accompagne bien les viandes grillées ou rôties – surtout l’agneau et le poulet – ainsi que les plats mijotés. Il parfume agréablement les huiles, les vinaigres et les bouillons. Comme son goût est puissant, on l’utilise avec discrétion, surtout s’il est associé à d’autres herbes.

Connu depuis l’Antiquité pour ses vertus médicinales, le romarin stimule le système nerveux, remonte le moral des déprimés, favorise la digestion et le bon fonctionnement du foie en plus de renforcer la mémoire. Le romarin se prête bien à la taille, mais sa croissance étant lente (à peine quelques centimètres par an), l’élagage doit être léger les premières années afin de ne pas l’affaiblir.

Le laurier
Le laurier d’Apollon est aussi appelé laurier-sauce pour le distinguer du laurier-rose ou du laurier-cerise, des plantes très vénéneuses.
Comme le romarin, il pousse très lentement mais peut atteindre des tailles respectables. À quatorze ans, le mien fait un mètre de hauteur et, depuis trois ans, il fleurit en hiver.

Ingrédient essentiel du bouquet garni, des marinades pour le gibier et des plats mijotés, le laurier est aussi stimulant et antiseptique.
Une infusion de ses feuilles favorise la digestion et la sécrétion biliaire, tandis qu’une huile extraite de ses fruits fait merveille sur les articulations douloureuses. Pas mal, pour une plante aussi facile à cultiver !

Le bon truc
Lorsqu’une transplantation est nécessaire, transférez la motte de terre entière, sans la briser, dans un pot plus grand.

POUR TOUT SAVOIR EN PRIMEUR

Inscrivez-vous aux infolettres de Châtelaine
  • En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.