Cuisine

Les trucs d'Alex et Gen pour manger sans culpabilité

À bas les grandes résolutions! Pour Alexandra Diaz et Geneviève O'Gleman, l'alimentation saine commence (et finit) par le plaisir. Voici leurs trucs pour manger sans culpabilité.

alexetgen-une

Alex : robe d’Alexander McQueen et bracelet d’Aurélie Bidermann chez Ssense, boucles d’oreilles de Lauren Klassen et bague collection personnelle. Gen : Haut et jupe 3.1 Philip Lim chez TNT et veste de Saint Laurent chez Ssense et chez Cahier d’Exercices. Merci au gîte Casa Bianca B&B où les photos ont été prises. Photo: Jean-Claude Lussier

Nous aider à mieux nous nourrir, sans souffrir : c’est le but des animatrices de Cuisine futée, parents pressés (Télé-Québec), une sympathique émission centrée sur les besoins des familles. « Je veux que mes recettes soient tellement bonnes que les gens oublient leur côté “santé” », dit Geneviève, la nutritionniste de ce duo qui y va de ses conseils dans la chronique « Alex et Gen » de Châtelaine. Pour ces mamans, aucun aliment n’est tabou. Pas même le chocolat, comme l’attestent les trucs, recettes et petits pas santé qu’elles nous proposent ici.

alexetgen-alexseule

Veste d’Acne, camisole en soie de Chloé chez Cahier d’Exercices, jean Rag&Bone et collier Chloé chez Ssense. Photo: Jean-Claude Lussier

Selon elles, on devrait simplement prendre le temps de bien déguster les gâteries, comme tous les aliments d’ailleurs. « Savourer, c’est facile. Les papilles gustatives se trouvent dans la bouche, alors il faut que la nourriture y passe du temps ! » lance Alex. Quand on se régale davantage, l’envie de commettre des excès diminue. Geneviève recommande d’attribuer à tout ce que l’on goûte une note basée sur le plaisir. « Si la saveur d’un biscuit ne mérite que 5 points sur 10, on peut cesser de le manger. »

alexetgen-genseule

Pantalon capri d’Etro chez Holt Renfrew, chemisier Comme des garçons chez Cahier d’Exercices, bague en or de Martin Margiela chez Ssense, chaussures chez Zara. Photo: Jean-Claude Lussier

On devrait se nourrir seulement quand la faim se fait sentir : de cette façon, le corps n’a pas tendance à emmagasiner de surplus. C’est une évidence, mais on l’oublie facilement quand le stress, la fatigue ou l’ennui nous envahissent. « Si l’on ressent vraiment un creux, on mange. Autrement, c’est le moment idéal pour se lancer dans une autre activité, dit la nutritionniste. Prendre un bain, appeler une copine, planifier ses vacances… »

Plus que tout, les animatrices nous invitent à ne pas nous compliquer la vie et à cuisiner des mets simples, constitués d’ingrédients accessibles. Car c’est pendant la préparation des repas que s’incarne le mieux leur théorie des petits pas, basée sur un principe démontré : essayer de changer ses habitudes du tout au tout mène presque assurément à l’échec. On modifie donc son alimentation en faisant d’abord un pas, puis un autre, et ainsi de suite. « Le sentiment d’accomplissement que procure chaque petite réussite devient un moteur puissant », conclut Alexandra.

Alors, on y va ?

Petit pas no #1 : Ajouter des légumes au menu

  • Trouver diverses façons de les apprêter : dans des sautés, grillés, sur une pizza, etc. Si on n’aime pas le brocoli cuit vapeur, on l’appréciera peut-être en potage ou en crudité.
  • Pas de légumes dans une de nos recettes préférées ? En ajouter un. Du poivron dans une omelette, du concombre dans un sandwich, une carotte dans un smoothie…
  • Au rayon des fruits et légumes, se demander : « Qu’est-ce que je peux essayer cette semaine ? »
  • Adopter des recettes vide-frigo : les légumes qui poireautent feront une soupe ou un ragoût santé.
  • Si les enfants résistent, ne pas en faire un drame. À table, discuter avec eux de leur journée, de leurs projets, de choses agréables. Ils ne croqueront peut-être pas de chou-fleur illico, mais l’atmosphère sera propice à ce qu’ils le fassent un jour.
  • On s’assure aussi qu’ils ont faim à l’heure du repas : faute d’appétit, ils risquent d’être plus sélectifs.

Petit pas #2: Varier les sources de protéines (avec du poisson, des légumineuses, des œufs, du tofu…)

  1. Ajouter du tofu dans des préparations à base de viande, comme des boulettes.
  2. Toujours garder des conserves de légumineuses et de poisson à portée de main. Quand le temps manque, ces aliments présentent un double avantage : pas d’épicerie, pas de cuisson !
  3. Ne pas s’imposer de gros bols de légumineuses si on n’a pas l’habitude d’en manger. Ajouter plutôt des lentilles à la sauce à spaghetti ou un peu de haricots à une soupe ou à un plat de riz. (Congeler le reste de la conserve en portions, au besoin.)
  4. Sortir des sentiers battus. Qui a dit qu’on ne pouvait pas préparer des crêpes et des œufs pour le souper ?
  5. Si ce « petit pas » semble ardu, commencer par intégrer une seule source supplémentaire de protéines à son alimentation, le poisson par exemple. Et se donner un but facile à atteindre, même si ça signifie de mettre ce nouvel aliment à son menu une fois par mois seulement. (On prend le temps de dénicher de bonnes recettes !)

Petit pas #3: Dire oui aux desserts. Sans blague !

  • D’abord, lever l’interdit. Si le dessert représente un mets défendu ou un trophée que l’on doit mériter, cela ne fait qu’attiser le désir à son égard. Le dessert fait partie du repas, point.
  • S’assurer d’avoir plusieurs options à sa disposition : crème glacée, biscuits, fruits… Et pour favoriser une alimentation variée, s’efforcer de choisir chaque jour un dessert différent.
  • « Habiller » les desserts santé. Par exemple, servir du yogourt grec dans une jolie coupe, arrosé d’un filet de miel et parsemé de morceaux d’amandes grillées.
  • Enrichir ses desserts préférés – de fruits, de légumes, de légumineuses –  et constater qu’ils sont toujours aussi bons.

Cliquez ici pour consulter les recettes proposées par Alex et Gen

alexetgen-livre

Où trouver Alex et Gen:

En plus de leur émission hebdomadaire (le mercredi à 19 h à Télé-Québec), dont elles sont animatrices et productrices, ces filles futées causent popote familiale :

  1. dans leur livre Famille futée (Éditions La Semaine) ;
  2. dans Châtelaine, où elles signent la chronique « Alex et Gen » ;
  3. sur le web à alexetgen.com, cuisinefuteeparentspresses.telequebec.tv et facebook.com/cuisinefutee.