Cuisine

Réponses à tout : Redoubler une année

« Nous avons appris que notre enfant devra redoubler son année scolaire et souffre peut-être d’un trouble d’apprentissage. Nous sommes découragés et ne savons comment réagir. »

Les élèves qui redoublent leur année ne présentent pas nécessairement un trouble d’apprentissage. Plusieurs raisons peuvent expliquer qu’un enfant n’ait pas atteint les objectifs : changement d’école, trouble de l’attention, divorce, etc. Il arrive aussi qu’un enfant apprenne moins vite que les autres ou que les apprentissages représentent un plus grand défi pour lui cette année-là. C’est en échangeant avec les enseignants et avec l’enfant que vous pourrez mieux comprendre ses difficultés.

Si votre enfant est réellement atteint d’un trouble d’apprentissage, lui et vous apprendrez à composer avec ce diagnostic au jour le jour. La question est évidemment complexe, mais je m’empresse de vous rassurer sur un point : les troubles d’apprentissage (dyslexie, etc.) n’influent en rien sur l’intelligence.

Le rôle des parents
Vos attitudes et comportements influencent la façon dont votre enfant se perçoit et perçoit ses difficultés. Votre rôle consiste d’abord à le soutenir moralement, à faire confiance aux spécialistes et à collaborer avec eux. Les troubles d’apprentissage d’un enfant touchant toute la famille, vous devez faire en sorte que les autres membres ne se sentent pas délaissés. Pensez aussi à vous amuser avec eux : c’est dans l’équilibre entre le plaisir et le travail qu’ils évoluent le mieux.

Nombre de parents se sentent responsables des difficultés de leur enfant et mettent beaucoup de pression sur lui pour se déculpabiliser. Certains n’acceptent pas le diagnostic et multiplient les devoirs maison ; d’autres perdent patience et se fâchent ; d’autres démissionnent. De ses parents, l’enfant a surtout besoin de se savoir aimé et accepté tel qu’il est, tout en se sentant encadré. Donnez-lui le droit de se tromper, d’être fatigué et découragé. Il est important qu’il ne se sente pas coupable. Aidez-le à rester motivé, à trouver ses points forts, à dédramatiser. Plusieurs personnes peuvent vous aider.

Démarches utiles
1. Communiquez avec l’enseignant, allié précieux et certainement la personne la mieux placée pour vous éclairer sur le cheminement de l’enfant. Dès que vous en sentez le besoin, tâchez de le rencontrer afin de partager vos craintes ou de lui demander conseil. Vous pourriez même trouver ensemble une façon d’adapter les leçons aux capacités du jeune.

2. Assurez-vous qu’il voie un orthopédagogue spécialisé dans le diagnostic et la rééducation des troubles d’apprentissage. Celui-ci pourra vous informer sur d’autres besoins de votre enfant, comme celui d’être évalué en orthophonie ou en neurologie, par exemple. Le service d’orthopédagogie est offert dans plusieurs écoles et centres privés. Maintenez un dialogue avec les spécialistes.

3. La direction de l’école peut vous présenter l’ensemble des services offerts par l’établissement ou vous diriger vers différents services communautaires dans votre quartier.

4. Demandez de l’aide. Famille, organismes communautaires, etc., peuvent prendre la relève les jours où vous manquez de temps ou avez besoin de refaire le plein. Les groupes spécialisés tels que l’Association québécoise des troubles d’apprentissage (AQETA) ou l’Association canadienne des troubles d’apprentissage (TAAC) peuvent vous orienter vers diverses ressources.

Propos recueillis par Véronique Robert.

Lisa McGillivray est orthopédagogue à la Commission scolaire de Montréal.